Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Agression dans une école de Béziers : le suspect affirme qu'il n'avait pas d'arme à feu

-
Par , France Bleu Hérault

L'homme qui a agressé un parent d'élève jeudi matin à Béziers affirme qu'il n'était pas armé d'un pistolet mais d'un objet métallique, la justice semble retenir cette version. Une histoire de femme serait à l'origine du différend. Les deux hommes seront tous les deux poursuivis.

Les deux hommes se connaissaient bien, la justice aussi les connais bien
Les deux hommes se connaissaient bien, la justice aussi les connais bien © Radio France - Pocher

Béziers, France

L'homme qui a menacé un parent d'élèves jeudi matin à l'école de Béziers a pu être entendu par la police après avoir été placé en cellule de dégrisement pendant plusieurs heures. Il a pu donner sa version des faits sur l'altercation qui s'est déroulée sur le parking de l'école.

Les deux hommes se connaissent bien : ils ont été les compagnons successifs de la même femme. C'est d'ailleurs ce qui génère une profonde animosité entre eux. L'homme a été interpellé à l’hôpital de Béziers jeudi matin après avoir décuvé.

Il a reconnu qu'il avait nargué le père de famille qui venait de déposer son enfant à l'école, des insultes réciproques et des coups ont fusé, mais il affirme qu'à aucun moment, il n'a sorti une arme à feu. 

Il aurait été menaçant, mais avec un objet métallique, rien à voir avec un pistolet. Il explique aussi n'avoir fait que répliquer à un coup de caillou dans le visage, un coup qui lui a valu une fracture du nez.

Le procureur de Béziers explique qu'en effet aucune arme n'a été retrouvée, aucun témoin n'a vu cette arme. Rappelons que deux ATSEM étaient présentes au moment des faits. Le père de famille, entendu à nouveau, mais comme agresseur cette fois, a maintenu sa première version des faits.

Les deux hommes âgés de 44 et 46 ans, déjà connus de la justice et plusieurs fois condamnés, seront donc poursuivis tous les deux pour violences commises à proximité d'un établissement scolaire. Ils seront jugés le 24 juin prochain devant le tribunal correctionnel de Béziers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu