Faits divers – Justice

Agression à Ajaccio : sécurité renforcée dans le quartier des Jardins de l'Empereur, selon Cazeneuve

Par Julien Baldacchino, France Bleu mercredi 30 décembre 2015 à 7:47 Mis à jour le mercredi 30 décembre 2015 à 18:28

Le quartier des Jardins de l'Empereur a été bouclé après les violences vendredi
Le quartier des Jardins de l'Empereur a été bouclé après les violences vendredi © Maxppp

Bernard Cazeneuve était en Corse ce mercredi, après les tensions et les violences qui ont marqué la semaine dernière. Mardi, deux hommes soupçonnés d'être impliqués dans l'agression de deux pompiers et d'un policier la nuit de Noël, ont été mis en examen.

Bernard Cazeneuve était en Corse, ce mercredi matin. Le ministre de l'Intérieur était en déplacement officiel à Ajaccio, après les violences et les tensions survenues la semaine dernière, après l'agression de deux pompiers et d'un policier. Aux côtés des pompiers d'Ajaccio, il a déclaré "qu'il n'y a en Corse de place ni pour la violence, ni pour le racisme". 

Il a également tenu à "marquer sa réprobation la plus ferme" contre les actes anti-musulmans commis après les agressions dans le quartier des Jardins de l'Empereur. Il a visité, plus tard dans la journée, la salle de prière musulmane qui a été saccagée le 25 décembre. 

Le ministre de l'Intérieur a déclaré que la sécurité dans le quartier sera renforcée : 

Des habitants ont exprimé une demande accrue de sécurité. Cette demande est entendue par l'Etat qui renforcera encore, dans les jours à venir, un plan d'action spécifique au quartier

Ce plan prévoit notamment une augmentation de la présence policière, la multiplication des opérations de contrôle et la lutte contre le trafic de stupéfiants. Un effort sera fait pour continuer à désenclaver le quartier a également promis le ministre.

Deux personnes mises en examen

Mardi soir, deux hommes ont été mis en examen, dans le cadre de l'enquête sur l'agression de deux pompiers et un policier, qui avaient été attirés dans le quartier des Jardins de l'Empereur par des incendies.

"Il apparaît qu'ils ont pénétré dans une école et ont tronçonné un arbre qui a servi à allumer le premier feu ayant nécessité l'intervention des pompiers aux Jardins de l'Empereur", a déclaré mardi soir le procureur de la République, Eric Bouillard. En revanche, aucun lien clair n'est établi avec le deuxième incendie, au cours duquel l'agression a eu lieu, mais il est "difficile, intellectuellement, de ne pas faire le lien", selon le procureur.

L'un des deux hommes mis en examen a par ailleurs été placé en détention provisoire. Il est soupçonné de "dégradation par incendie et intrusion dans un établissement scolaire". L'autre, laissé libre, est mis en examen pour complicité de ces faits.