Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agression d'un conducteur de bus à Bayonne : les conducteurs Idelis solidaires

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque

Après l'agression d'un conducteur de bus à Bayonne, dimanche soir, les syndicats du réseau Idelis à Pau apportent leur soutien à leurs collègues basques. La victime, Philippe Monguillot, était toujours en état de mort cérébrale ce mardi soir.

L'agence Idelis de la place d'Espagne, à Pau.
L'agence Idelis de la place d'Espagne, à Pau. © Radio France - Suzanne Shojaei

Deux jours après l'agression de Philippe Monguillot, à Bayonne, les syndicats du réseau de bus palois lancent un appel à participer à la marche blanche organisée mercredi à 19h30 à Bayonne. Le conducteur était ce mardi toujours en état de mort cérébrale. Cinq personnes ont été interpellées.  La police a lancé un appel à témoins pour déterminer les circonstances exactes de l'agression.

Le procureur de la République de Bayonne, Marc Mariée a annoncé ce mardi soir au cours d'une conférence de presse que deux auteurs présumés des coups portés à la victime, sont actuellement présentés à un juge d'instruction pour être mis en examen avec le chef d'inculpation de tentative homicide volontaire. Deux autres personnes vont également être mise en examen pour non assistance à personne en danger, et pour l'une d'entre elles pour soustraction d'un criminel à une arrestation et aux recherches.

Les conducteurs de Chronoplus à Bayonne ont annoncé qu'ils allaient exercer leur droit de retrait ce mercredi encore, aucune action n'est pour l'instant décidée par les syndicats palois. La réflexion est en cours.

À Pau, comme à Bayonne, on risque pour notre santé physique. On y pense le matin en partant au travail.                  
— Jean-Claude Berger, délégué Force ouvrière à Idelis

"Les mauvais comportements sont montés crescendo depuis une vingtaine d'années." - Jean-Claude Berger, délégué Force ouvrière à Idelis

Choix de la station

À venir dansDanssecondess