Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agression d'un conducteur de tram à Dijon : "des faits plus complexes" pour le procureur de Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

L'enquête se poursuit après l'agression d'un chauffeur du réseau DIVIA survenue jeudi en fin d'après-midi à Dijon. Les gardes à vue des deux mineurs ont été levées. Et l'enquête s'avère plus complexe que les premiers faits rapportés, indique ce soir un communiqué du procureur de Dijon.

Une rame du tramway à quai (illustration)
Une rame du tramway à quai (illustration) © Radio France - Philippe Renaud

L'enquête se poursuit après l'agression d'un chauffeur du réseau DIVIA jeudi en fin d'après-midi à la station Godrans, à Dijon. L'homme de 52 ans aurait été agressé après avoir rappelé à deux voyageurs l'obligation de porter le masque dans le tram. C'est en tout cas la première version de cette affaire, "plus complexe que les premiers faits rapportés" a tweeté le procureur de Dijon, Éric Mathais, ce vendredi en début d'après-midi. 

L'enquête prend une autre tournure

Dans un communiqué adressé ce soir, le procureur de Dijon, indique que les gardes à vue des deux mineurs, ont été levées. Et l'enquête prend une toute autre tournure "suite aux différentes auditions, de l'employé de DIVIA et des deux jeunes hommes placés en garde à vue ainsi que des premiers témoins", indique le procureur dans son message. Selon, une source proche du dossier, les premières images vidéo laisseraient apparaître, que le premier à avoir agressé l'autre, pourrait être l'employé du réseau de transports.

Le conducteur n'était plus en service au moment des faits

Lors de son audition, le salarié de DIVIA a expliqué qu'après avoir fini son service, il est monté, en tenue, à bord du tram pour rentrer chez lui. Voyant deux passagers sans masque il leur a rappelé l'obligation d'en porter un. Ce qu'a fait l'un des deux garçons, mais l'autre n'en ayant pas, l'employé du réseau de transports dijonnais, lui a demandé de sortir à la station suivante. Ce que le jeune homme aurait fait. C'est là que la bagarre a éclaté entre les deux hommes.  

Des versions contradictoires

Le salarié de DIVIA, a indiqué aux enquêteurs qu'il a entendu des insultes et même des menaces, ce que conteste le mineur. Lequel est "sans antécédents judiciaires", précise le communiqué du procureur. Sur les vidéos, il semble que le deuxième jeune homme ait tenté de venir en aide à son camarade ou qu'il a essayé de s'interposer.

En tout cas, les deux hommes ont été blessées, l'employé DIVIA reçu cinq jours d'ITT contre quatre pour l'un des deux mineurs. Selon une source proche du dossier, son avocat n'a d'ailleurs pas exclut de porter plainte contre le conducteur de DIVIA pour coups et blessures.

Un appel à témoins lancé par le procureur

Pour Éric Mathais, "il est donc nécessaire de poursuivre les investigations en enquête préliminaire, afin de déterminer le plus précisément possible les circonstances exactes et les responsabilités. Toute personne susceptible d'apporter son témoignage ou des éléments peut du reste se manifester auprès du commissariat central de police de Dijon."

Des renforts policiers sur le réseau tram et bus dijonnais

Des renforts policiers ont été déployés depuis ce matin, sur le réseau de tram et de bus, comme l'a indiqué la préfecture de la Côte-d'or. La CGT et la direction de DiVIA Mobilités se sont également réunies dans la matinée. La direction a salué dans un communiqué, adressé aux médias,"l'engagement de ses chauffeurs pendant cette période compliquée post covid." Une situation sur laquelle le syndicat CGT alerte sa direction depuis plusieurs semaine, et réclame l'augmentation des effectifs de l'équipe Médiation qui intervient sur le réseau, et indique qu'elle attend de voir, "si cette présence policière s'inscrit dans la durée."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess