Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agression d'un couple de policiers en Seine-et-Marne : le second suspect en garde à vue

samedi 7 juillet 2018 à 10:58 Par Viviane Le Guen, France Bleu Paris et France Bleu

Le deuxième agresseur présumé du couple de policiers violemment frappé, mercredi soir, devant leur petite fille de 3 ans alors qu'ils sortaient de chez des amis à Othis (Seine-et-Marne) est en garde à vue annonce le parquet de Meaux ce samedi.

Le deuxième jeune homme mis en cause dans l'agression d'un couple de policiers en dehors de leur service mercredi en Seine-et-Marne a été placé en garde à vue.
Le deuxième jeune homme mis en cause dans l'agression d'un couple de policiers en dehors de leur service mercredi en Seine-et-Marne a été placé en garde à vue. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Othis, France

Le deuxième jeune homme mis en cause dans  l'agression d'un couple de policiersen dehors de leur service, mercredi à Othis (Seine-et-Marne), a été placé en garde à vue annonce le parquet de Meaux ce samedi.  Ce suspect, âgé de 24 ans, est le frère cadet d'un premier suspect qui avait été interpellé vendredi. 

Deux victimes très choquées

Les deux victimes, une brigadière en poste à Aulnay-sous-Bois et son compagnon également policier en Seine-Saint-Denis, très choquées, ont été hospitalisées. Quatre jours d'interruption totale de travail ont été prescrits à la jeune femme, quinze jours d'arrêt ont été prescrits à son compagnon. Selon une source policière, l'un des deux agresseurs présumés avait précédemment menacé la policière de s'en prendre à sa famille. 

L'agression a déclenché une vague d'indignation dans la classe politique. Jeudi soir, Emmanuel Macron a condamné l'agression sur son compte Twitter, promettant que ses auteurs seraient "retrouvés et punis".