Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agression d'un photographe à Reims : le deuxième suspect mis en examen et libéré sous contrôle judiciaire

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Le deuxième individu soupçonné d'avoir participé à l'agression du photo-journaliste Christian Lantenois a été mis en examen pour "participation à un groupement en vue de préparer des actes de violences ou des dégradations". Placé en garde à vue ce vendredi, il a été relâché sous contrôle judiciaire.

Le palais de justice de Reims
Le palais de justice de Reims © Radio France - Eric Turpin

Il s'était présenté ce vendredi de lui-même à la police : le deuxième individu suspecté d'avoir pris part à l'agression du photo-journaliste Christian Lantenois, Dianka A., a été mis en examen ce samedi, indique le procureur de la République de Reims. Lui est reproché le chef de "participation à un groupement en vue de préparer des actes de violences ou des dégradations". Le chef de "non assistance à personne en péril" n'a pas été retenu par le magistrat instructeur.

Le jeune homme, âgé de 21 ans, est déjà connu des services de police : il a déjà été condamné deux fois par le tribunal correctionnel de Reims pour des faits d'extorsion et de détention de stupéfiants entre 2017 et 2019.

Placé sous contrôle judiciaire

Le suspect, natif de Reims, n'a cependant pas été placé en détention provisoire comme le suspect principal, mis en examen mercredi dernier. La peine qu'il encourt (un an de prison) ne permet pas d'ordonner son placement en prison.

Il a été relâché et placé sous contrôle judiciaire, comme requis par le parquet. Il a interdiction de se rendre dans le quartier Croix-Rouge. Il doit respecter un couvre-feu en plus de celui imposé par la crise sanitaire. Il devra pointer au commissariat et a interdiction d'entrer en contact avec des protagonistes du dossier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess