Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agression d'une surveillante de Saint-Maur, le détenu condamné à deux ans de prison

vendredi 3 août 2018 à 19:28 Par Valentine Letesse, France Bleu Berry

Cet homme de 32 ans a agressé une surveillante mardi en fin d'après-midi au sein de la maison centrale de Saint-Maur.

L'affaire était jugée en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Châteauroux.
L'affaire était jugée en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Châteauroux. © Radio France - Sarah Tuchscherer

Châteauroux, France

Deux ans de prison supplémentaire pour un détenu de Saint-Maur. Cet homme de 32 ans a agressé une surveillante mardi en fin d'après-midi au sein de la maison centrale. Le prisonnier lui a donné un coup de poing dans le nez. Elle s'est est sorti avec trois points de suture à la lèvre et trois jours d'ITT. Hier au tribunal correctionnel de Châteauroux, il était jugé en comparution immédiate pour violences sur personnes dépositaire d'autorité publique.

De 14 mois, à 8 années de prison

Cet homme, n'en n'est pas à sa première agression. En 2015 il est incarcéré pour violences et menaces de mort sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Depuis, il s'en est pris à trois surveillants. La gardienne de Saint-Maur, c'est sa quatrième victime. Si bien, qu'au lieu de faire 14 mois de prison, il purgera peut être huit années. D'ailleurs à l'audience il est décrit comme un détenu tout simplement ingérable.

"C'est le Caliméro de la prison" - la procureure de la République à Châteauroux.

Le trentenaire, brun, petit, se dit "irréprochable". Si le coup de poing est parti en plein visage de la surveillante, c'est à cause de ses propos inappropriés pour le faire rentrer dans sa cellule. À vrai dire, cette femme, plutôt présentée comme humaine et conciliante par différents témoignages, l'aurait persécuté comme l'ensemble de ses collègues. "Lui", qui a passé un CAP de Métallerie en prison et qui a "fait beaucoup d'efforts".

"C'est le Caliméro de la prison" lance la procureur. Cet homme a un vrai problème avec l'autorité et "encore plus visiblement, avec l'autorité féminine".