Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agression de deux femmes près de la Tour Eiffel : le caractère raciste des violences retenu par le parquet

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Après l'agression de deux femmes près de la Tour Eiffel à Paris dimanche, une information judiciaire pour violences volontaires avec arme, en réunion et à caractère raciste a été ouverte par le parquet de Paris ce mercredi.

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour violences volontaires avec arme, en réunion et à caractère raciste
Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour violences volontaires avec arme, en réunion et à caractère raciste © AFP - THOMAS SAMSON / AFP

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire ce mercredi pour violences volontaires avec arme, en réunion et à caractère raciste, après l'agression de deux femmes près de la tour Eiffel à Paris ce dimanche, a appris franceinfo auprès du parquet. Les deux personnes qui étaient en garde à vue dans cette affaire ont été déférées ce mercredi.

Les deux femmes ont été blessées dimanche soir aux abords de la tour Eiffel à Paris, blessures qui ont entraîné plus de huit jours d'interruption de travail. L'avocat des victimes affirme à franceinfo que l'insulte "sale arabe" a été prononcée par les agresseurs qui ont asséné des coups de couteaux. Au moins l'une des victimes portait le voile.

L'insulte "sale arabe" prononcée selon l'avocat des victimes

De son côté, la préfecture de police avait dans un premier temps évoqué un "différend à cause d'un chien non tenu en laisse". "À ce stade des investigations, aucun élément ne permet d'accréditer la thèse d'un mobile raciste ou lié au port du voile", avait indiqué mardi à franceinfo une source proche du dossier.

Dans cette affaire, de nombreux messages postés sur les réseaux sociaux affirmaient que l'agression était liée au fait que les victimes étaient musulmanes et voilées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess