Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agression de Montbéliardes en Haute-Saône : ils auraient tenté de décapiter une vache

vendredi 14 août 2015 à 11:19 France Bleu Besançon

L'enquête se poursuit contre les auteurs d’actes de barbarie et de cruauté envers des animaux, dans la nuit de mardi à mercredi à Motey-Besuche (Haute-Saône). Non seulement les individus toujours recherchés auraient foncé en voiture sur les vaches avant de les taillader au couteau. Mais ils auraient également tenté de couper la tête d'une Montbéliarde.

Enseigne de vétérinaire (illustration)
Enseigne de vétérinaire (illustration) © MaxPPP

Le rapport de l’autopsie effectuée par le vétérinaire a apporté un peu plus de cruauté dans cette affaire. Le flanc d'une des vaches a été entaillé de 15 à 20 centimètres de long, une blessure qui peut avoir été faite par un couteau.

Lire > Sordide agression de vaches, les pattes brisées et lardées de coups de couteaux

Mais ce sont surtout des plaies beaucoup plus profondes observées sur les deux autres vaches qui ont attiré l’attention du vétérinaire.

Utilisation d'une hache ou d'une machette pour en faire un trophée

D'abord, des traces sur le crâne d'une des vaches. Tellement profondes qu'elles ont sans doute été commises avec une machette ouavec une hache. L'outil a sans doute également été utilisé sur une autre vache. Le vétérinaire a constaté des coupures symétriques de chaque côté du cou de cet animal comme si on avait cherché le décapiter.

Les individus auraient ainsi pu tenter de vouloir garder une tête comme trophée selon l'hypothèse du vétérinaire. L'enquête de gendarmerie se poursuit pour identifier et interpeller les auteurs de cet acte. Pour des faits de torture sur animaux, ils risquent deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.

Par :