Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agression de Saint-Laurent-du-Var : la vieille dame s'est fait passer pour une victime

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Les clichés de son visage tuméfié ont ému l'opinion mais l'enquête montre ce lundi que la retraitée de 75 ans qui a déposé plainte contre le gérant d'un snack de Saint-Laurent-du-Var a déformé la réalité.

Après enquête, la victime qui disait avoir été agressée n'en était pas une.
Après enquête, la victime qui disait avoir été agressée n'en était pas une. © Maxppp - Rémy Perrin

Devant les policiers du commissariat de Cagnes-sur-Mer, la retraitée de 75 ans dit vouloir porter plainte contre le gérant d'un snack qui l'a agressée. L'Azuréenne explique que le commerçant l'a frappée au visage alors qu'elle prenait en photo son restaurant samedi dernier car il était ouvert après 18h. Suite à ce dépôt de plainte, le gérant du snack de Saint-Laurent-du-Var et le voisinage sont entendus par les policiers. Et la vérité éclate. 

"Elle était alcoolisée, dénudée et s'est frappée la tête contre la vitrine du snack."

Le restaurateur explique alors que la vieille dame s'est présentée à moitié nue dans un peignoir. Alcoolisée, elle a frappé le gérant du snack entre les jambes, et lui a craché dessus. La retraitée ne portait pas de masque. Quantaux traces sur son visage, c'est elle qui s'est cognée la tête sur la vitrine de colère, explique la police. 

Moralité, le gérant du snack n'avait rien à se reprocher. Il était ouvert après le couvre-feu à 18h car il propose des livraisons. L'enquête a aussi démontré que la plaignante était une ancienne policière à la retraite. Le parquet de Grasse a décidé de classer sans suite cette affaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess