Infos

Agression des policiers dans l'Essonne : "On s'est imaginé le pire mais ma femme est une battante"

Par Charlotte Jousserand, France Bleu Drôme-Ardèche jeudi 20 octobre 2016 à 8:00

Son collègue adjoint de sécurité, grièvement brûlé dans l'attaque, est toujours hospitalisé
Son collègue adjoint de sécurité, grièvement brûlé dans l'attaque, est toujours hospitalisé © Radio France - Oanna Favennec

La policière gravement blessée dans l'attaque de Viry-Chatillon est rentrée chez elle. Jenny a travaillé plus de dix ans au commissariat de Valence, elle venait d'être mutée dans l'Essonne. Son mari a témoigné pour France Bleu Drôme Ardèche.

La policière a pu quitter l'hôpital ce mardi, elle est rentrée chez elle en Bretagne. Pour son mari, "ce n'est que du positif, elle a le moral". Jérôme explique que les blessures sont graves, sa femme a été brûlée au visage, aux oreilles et aux mains mais que sa femme a "un moral d'acier". Les soins vont être longs. Ils vont devoir faire de nombreux aller-retour jusqu'à Paris pour revoir les médecins et poursuivre la guérison "la reconstruction va prendre du temps mais elle a la pêche, elle est en vie, c'est le plus important".

→ À lire aussi : Une troisième nuit de manifestations des policiers, pas convaincus par les annonces du gouvernement

Jérôme est très heureux que sa femme soit rentrée à la maison et leurs enfants aussi. "Ils s'imaginaient le pire quand on disait qu'elle avait été brûlée au visage et quand ils l'ont vu, finalement, ils sont soulagés". Le retour à la maison est un plus selon Jérôme, "c'était essentiel de se retrouver tous ensemble, ça aide beaucoup, c'est super".

Un énorme soutien de tous les policiers de France

Jérôme raconte aussi l'énorme soutien qu'ils ont reçu depuis l'agression. A la fois des collègues du commissariat de l'Essonne, ces anciens collègues du commissariat de Valence mais également de tous les collègues policiers de France qui manifestent depuis l'agression pour dénoncer l'escalade dans les violences.

Il précise aussi que le gouvernement a été présent aussi tout au long de son séjour à l'hôpital. Sa femme a été très bien entourée et selon lui, elle ne s'attendait pas à toute cette mobilisation : "Elle pense qu'elle ne mérite pas tout ce soutien", explique-t-il. En tout cas, selon lui, ce soutien aide sa femme dans la guérison : "C'est un énorme plus".

Jérôme raconte qu'il y a les séquelles physiques et puis le traumatisme d'une telle agression. "Pour le moment, elle ne se rappelle pas de ce qui s'est passé, elle ne sait pas comment ils ont fait pour sortir de la voiture". Selon lui, il va falloir beaucoup de temps pour dépasser ce traumatisme mais il est confiant car sa femme "est une battante qui adore son métier". Il est persuadé que dès qu'elle le pourra, elle retournera travailler.

L'enquête toujours en cours

L'enquête sur l'attaque de Viry-Châtillon se poursuit. Pour le moment, aucune interpellation n'a eu lieu mais des recherches se poursuivent sur une quarantaine de scellés. Le samedi 8 octobre dernier, cette policière et son collègue ont été attaqué par une dizaine d'individu qui ont brisé les vitres de la voiture de police avant de jeter des cocktails Molotov à l'intérieur.

Les deux policiers surveillaient "le carrefour du Fournil" connu pour être le lieu de vols avec violences sur des automobilistes. Le deuxième policier, un adjoint de sécurité de 28 ans a été grièvement brûlé. Il est toujours soigné à l'hôpital Saint-Louis, son pronostic vital est toujours engagé. Deux autres policiers arrivés en renfort sur les lieux sont légèrement blessés.

Partager sur :