Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agression homophobe à Nantes : l'une des victimes témoigne

lundi 3 septembre 2018 à 18:31 Par Grégory Jullian et Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Deux étudiants nantais ont été victimes d'une agression homophobe dans la nuit de samedi à dimanche à proximité d'une discothèque du Bas-Chantenay à Nantes. L'un d'eux témoigne.

Jordan Allory
Jordan Allory - Antoine Denechère

Nantes, France

Les deux étudiants agressés dans la nuit de samedi à dimanche dernier à proximité d'une discothèque du Bas-Chantenay à Nantes porteront plainte ce mardi au commissariat de Saint-Herblain. Selon leur récit, Nicolas et Jordan, étudiants à Nantes, ont été frappés par deux individus qui ont proféré envers eux des insultes clairement homophobes. Les deux agresseurs ont commencé par leur proposer de la drogue qu'ils ont refusée. Et puis, le ton est très vite monté.

Il a commencé à me donner des coups de pied. Je suis rapidement tombé au sol. Mon ami a voulu s'interposer. L'un des agresseurs lui a mis un coup de tête. Son arcade sourcilière a très vite saigné" précise l'une des victimes, Jordan Allory

Les secours sont rapidement arrivés sur place. Les agresseurs, eux, se sont enfuis. Pour les victimes, la nuit s'est terminée aux urgences. 

Nous étions trois personnes. Trois gays. Ils nous ont insultés. Sales pédés. Tarlouses. Ils savaient que nous étions à proximité d'un établissement gay. Les insultes étaient ciblées. Cela ne fait aucun doute" affirme Jordan Allory

Les deux jeunes, militants à La République en Marche, ont choisi de rendre publique cette agression et ont reçu publiquement le soutien du président de l'Assemblée Nationale François de Rugy et du secrétaire d'état en charge des relations avec le Parlement Christophe Castaner.  

Selon les premiers examens médicaux, l'une des deux victimes souffre d'une fracture du plancher orbital.