Faits divers – Justice

Agression homophobe : un Stéphanois et son compagnon racontent leur calvaire

Par Kevin Boderau, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu mardi 27 juin 2017 à 20:42

Le visage tuméfié de Boris après l'agression
Le visage tuméfié de Boris après l'agression © Radio France - Kevin Boderau

Le soir de la Fête de la musique à Lyon, Boris et son compagnon ont été violemment agressés par trois individus. Pourquoi ? Parce-qu'ils se tenaient par la main. Ils ont accepté de témoigner pour France Bleu.

Il est aux alentours de 2h30 la nuit de la Fête de la musique. Boris et son compagnon Alfredo rentrent tranquillement chez eux après avoir passé la soirée sur les quais. Ils croisent un ami, s'arrêtent et là, leur nuit bascule. Une femme et deux hommes d'une vingtaine d'années passent à leur hauteur et les insultes à caractères homophobes commencent à pleuvoir : "c'est la fille uniquement qui nous a insultés", explique Boris, "on a d'abord rien dit puis on a fini par répondre et là, les deux gars ont commencé à nous taper. Ça a été très violent".

J'ai pensé que ça pouvait très mal se finir. Ils avaient tellement de haine qu'on aurait pu rester sur le carreau"

Une double fracture tibia péroné et 45 jours d'ITT

Les coups pleuvent. Les deux compagnons se défendent tant bien que mal. Un des agresseurs assène un coup de bouteille sur la tête d'Alfredo pendant que l'autre frappe si violemment Boris à la jambe qu'il lui brise le tibia. "La douleur a été terrible, je me suis effondré, incapable de me relever." Heureusement pour eux, une brigade de police intervient à ce moment là : "la bagarre n'a dû durer que quelques minutes mais ça m'a semblé une éternité."

Boris a dû être opéré d'une double fracture tibia péroné - Radio France
Boris a dû être opéré d'une double fracture tibia péroné © Radio France - Kevin Boderau

Pendant l'interpellation, les agresseurs continuent de les insulter. "Tu as mal hein sale PD ?!", leur lance même la jeune fille. Boris est transporté en urgence à l'hôpital, il se fera opérer dans la nuit. "Quand nous sommes arrivés, les médecins nous ont expliqués qu'on n'était pas les seuls homosexuels à s'être fait agresser ce soir là."

Je veux continuer à m'amuser et à vivre normalement"

Une semaine après l'agression, Boris est sorti de l'hôpital. Il est très fatigué et dit ne pas encore vraiment réaliser ce qu'il s'est passé cette nuit du 21 juin : "Quand on voit comment ça s'est terminé on s'est dit qu'on n'aurait peut-être pas dû répondre et baisser les yeux et puis en fin de compte, je ne regrette pas parce qu'il n'y a aucune raison que ça se passe comme ça".

Témoigner pour dénoncer

Boris et son compagnon ont eu le courage et la gentillesse de nous accorder près d'une heure d'entrevue. Ils veulent parler de ce qu'ils ont vécu pour dénoncer ces agressions encore trop fréquentes malheureusement : "J'ai l'impression qu'il y a un discours ambiant très positif par rapport à l'intégration et aux droits des homosexuels. Que l'on vivrait dans une société très ouverte et tolérante. C'est vrai qu'il y a des tas de choses qui ont été faites, ceci dit, je pense qu'il ne faut pas trop d'angélisme non plus et se rendre compte que les agressions comme ça continuent à exister. La lutte continue."

Boris explique pourquoi il a souhaité témoigner au micro de France Bleu

Le temps de se soigner, Boris va devoir mettre son travail de traducteur entre parenthèses. Il ne sait même pas encore s'il pourra être dédommagé par son assurance. Les deux jeunes hommes ont contacté un avocat. Ils espèrent une qualification pénale et une condamnation. "Ces choses-là ne doivent pas rester impunies", conclut-il.

Témoigner pour combattre l'homophobie: un reportage de France Bleu St Etienne Loire