Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agression mortelle à la préfecture de police de Paris : le parquet antiterroriste saisi

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Le parquet national antiterroriste se saisit ce vendredi de l'enquête ouverte à la suite de l'agression à la préfecture de police de Paris qui a fait cinq morts, dont l'assaillant, jeudi. Un homme de 45 ans a tué ses collègues à coups de couteau avant d'être abattu.

Un périmètre de sécurité a été mis en place autour de la préfecture de police de Paris après l'attaque au couteau, le jeudi 3 octobre 2019
Un périmètre de sécurité a été mis en place autour de la préfecture de police de Paris après l'attaque au couteau, le jeudi 3 octobre 2019 © Maxppp - Guillaume Georges

Paris, France

Le parquet national antiterroriste se saisit ce vendredi soir de l'enquête ouverte à la suite de l'agression survenue à la préfecture de police de Paris jeudi. Quatre fonctionnaires ont été tués par un agent administratif. L'homme, armé d'un couteau, a ensuite été abattu.

Cette décision a été prise "au regard des éléments rassemblés à ce stade des investigations par les enquêteurs de la brigade criminelle" précise le parquet de Paris.

L'enquête ouverte jeudi pour "homicides volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique" et "tentatives d'homicides volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique" a été reprise sous les qualifications "d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste", "tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a indiqué le parquet national antiterroriste.

Les investigations ont été confiées à la brigade criminelle de la direction régionale de la police judiciaire de Paris, la direction centrale de la Police judiciaire et la direction générale de la Sécurité intérieure en co-saisine.

Le contenu du téléphone analysé

Plus tôt dans la journée le préfet de police de Paris, Didier Lallement, avait indiqué devant les médias "qu'aucune hypothèse" n'était exclue concernant le mobile du meurtrier. 

D'après l'AFP, les fréquentations de Mickael H. présentées comme appartenant à la mouvance salafiste ont notamment retenu l'attention des enquêteurs. Selon les informations recueillies par franceinfo, certaines auditions ainsi que les premières exploitations de son téléphone ont aussi justifié que le parquet national antiterroriste se saisisse de l'enquête.

Le matériel informatique saisi jeudi lors d'une perquisition à son domicile de Gonesse (Val-d'Oise) a également été analysé.

La garde à vue de son épouse a été prolongée de 24 heures vendredi matin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu