Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agression sexuelle au lycée Pergaud à Besançon : les juges ordonnent une expertise psychiatrique du suspect

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Après l'agression sexuelle d'une jeune fille au lycée Pergaud à Besançon en octobre dernier, le suspect comparaissait ce vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Besançon. Les juges ont demandé une expertise psychiatrique.

Les juges ont renvoyé le dossier au 25 septembre prochain
Les juges ont renvoyé le dossier au 25 septembre prochain © Radio France - Alia Doukali

Il a tenté d'agresser sexuellement une interne de 17 ans à l'intérieur du lycée Pergaud à Besançon au mois d'octobre : un homme de 33 ans comparaissait vendredi devant le tribunal correctionnel. Il est soupçonné de s'être introduit dans l'établissement scolaire en se faisant passer pour un surveillant, et d'avoir tenté d'embrasser la jeune fille et de lui avoir demandé une fellation. Son procès a été renvoyé car les juges ont ordonné une expertise psychiatrique. D'ici là le suspect reste en détention.

Un risque de passage à l'acte 

"C'est un homme potentiellement dangereux". Voilà les mots de la procureur à l'audience. "Il y a un risque de passage à l'acte" ajoute t-elle. Il y a quelques semaines alors qu'il est sous contrôle judiciaire, le trentenaire rôde à proximité du collège Victor Hugo, aborde des jeunes filles mineures et leur fait des propositions sexuelles. Son contrôle judiciaire lui interdit pourtant de se trouver près d'établissements scolaires et d'aborder des mineures après ce qui s'est passé au lycée Pergaud. Il est donc incarcéré dans la foulée en unité psychiatrique à Lyon. 

"Mon client présente visiblement des troubles délirants", dit son avocate. "Il pense qu'il est filmé chez lui, comme dans une télé réalité", ajoute Me Sandrine Arnaud. "Il faut une expertise psychiatrique".

En attendant le retour de la psychiatre, le prévenu, jamais condamné, va donc passer encore deux mois en prison. A l'audience, il a simplement dit regretter ce qui s'est passé. Il sera à nouveau jugé le 25 septembre prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess