Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agression transphobe à Rouen : "J'ai peur que cela recommence"

Mardi dernier, deux femmes âgées de 39 et 42 ans ont été agressées dans le centre de Rouen. L'une d'elle est transgenre. Aujourd'hui, elle se remet difficilement de cet événement qui n'est pas le premier. Ses agresseurs présumés doivent être entendus ce mardi par la police.

Stéphanie et sa compagne Karine.
Stéphanie et sa compagne Karine. © Radio France - Romain Chevalier

Rouen, France

"Sale trans, ces gens-là ça ne devraient pas exister". Ces mots, ces remarques, Stéphanie une transgenre depuis cinq ans, les entend régulièrement dans la rue et souvent en pleine journée. A Rouen, elle s'est faite agresser à cinq reprises, comme ce 21 mai, et elle le vit très mal : "Je suis comme je suis, mais dans ces moments-là on sent vraiment de la haine, une animosité et ça déconcerte complément."

Elle poursuit : 

"j'ai l'impression d'être un défouloir pour certaines personnes.

Après l'agression, Stéphanie se ressource avec ses proches. - Radio France
Après l'agression, Stéphanie se ressource avec ses proches. © Radio France - Romain Chevalier

"J'ai peur de sortir à nouveau dans la rue"

Les larmes au bord des yeux, la voix tremblante, aujourd'hui elle dit craindre pour son avenir. "J'ai peur de sortir à nouveau dans la rue, j'ai peur que ça recommence. je me dis que jusqu'ici j'ai eu de la chance, mais un jour je tomberais peut-être sur des gens très violent et on peut imaginer le pire."

Les deux femmes sont très soudées. - Radio France
Les deux femmes sont très soudées. © Radio France - Romain Chevalier

Alors pour éviter ça, Stéphanie a décidé de porter plainte lors de cette dernière agression. Mais pour elle, emprisonner les auteurs des faits n'est pas la meilleure punition : "Pourquoi pas faire des _travaux d'intérêt général dans une association LGBT_, pour qu'ils puissent se rendre compte que finalement on est comme tout le monde."

Les 4 mineurs interpellés seront auditionnés ce mardi. Le plus virulent des agresseurs est lui toujours en fuite.

Choix de la station

France Bleu