Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Agressions de journalistes à Rouen : "C’est de plus en plus compliqué chaque samedi" de couvrir les gilets jaunes

Des journalistes de LCI et de TF1 ont été agressés par des gilets jaunes pendant l’acte IX à Rouen. Le président du club de la presse de Normandie s’interroge sur l’exercice du métier de journaliste pendant ces manifestations.

L'agression des journalistes de LCI et de TF1 par des gilets jaunes filmée par Paris Normandie
L'agression des journalistes de LCI et de TF1 par des gilets jaunes filmée par Paris Normandie - Paris Normandie

Rouen, France

L’ONG Reporters sans frontières lance "un cri d'alarme" après les agressions de journalistes par des gilets jaunes. Samedi 12 janvier, des journalistes de LCI et de TF1 ont été agressés pendant l'acte IX à Rouen. L'un de leurs agents de sécurité a eu le nez cassé. Les deux chaînes ont porté plainte. Le club de la presse de Normandie s'inquiète pour les journalistes couvrant les manifestations.

Casque, masque à gaz et brassards presse

Le président du club de la presse de Normandie compte environ six agressions de journalistes pendant les manifestations des gilets jaunes à Rouen depuis le début du mouvement.

C’est de plus en plus compliqué chaque samedi. – Thierry Delacourt

Certains journalistes appellent au boycott des manifestations des gilets jaunes, mais Thierry Delacourt estime qu'"il faut qu’on soit quand même présents (…) mais il faut trouver la bonne distance".

Il faut aussi que les journalistes s'équipent : "On a des casques, on a des brassards presse, on a même des masques à gaz, on en est arrivés là quand même", s'étonne-t-il. "On n’a pas le choix en fait c’est notre métier."

Le métier de journaliste n'est plus compris

"On a le sentiment que la posture de journaliste n’est plus comprise", analyse Thierry Delacourt. "On a le sentiment que si on n’est pas gilet jaune, on est contre les gilets jaunes, alors que ce qu’il faut continuer à essayer de faire comprendre c’est que le travail du journaliste, c’est de croiser les réalités et d’essayer de trouver une sorte de justesse à travers le croisement de toutes ces réalités."

Le président du club de la presse de Normandie espère que l'importance du journalisme dans une démocratie sera comprise par tous. "Il faut essayer d’en discuter avec eux. Parfois on y arrive. (…) Mais c’est vrai que la difficulté c’est que depuis maintenant cinq semaines ça s’est cristallisé donc il y a des gens maintenant qui sont dans leur logique et pour les en sortir, c’est très très compliqué."

Sur Twitter, François Boulo, le porte-parole des gilets jaunes de Rouen a déploré "toutes les violences, qu'elles visent les manifestants, les policiers ou les journalistes". "Pour ma part, je fais tout pour apaiser", assure-t-il, en renvoyant le pouvoir exécutif à ses responsabilités.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu