Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agressions homophobes : un phénomène en hausse dans toute l'Occitanie

mercredi 7 novembre 2018 à 14:06 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie

En début de semaine les photos d'une jeune femme lesbienne blessée après avoir été agressée en pleine rue à Toulouse ont fait le tour des réseaux sociaux. Des messages comme celui-ci, il y en a partout en France. Quelle est la situation chez nous ? Jérémy Perrard de SOS homophobie répond.

Jérémy Perrard, le délégué de SOS homophobie en Midi-Pyrénées dans les studios de France Bleu Occitanie.
Jérémy Perrard, le délégué de SOS homophobie en Midi-Pyrénées dans les studios de France Bleu Occitanie. © Radio France - Alban Forlot

Occitanie, France

France Bleu Occitanie : Laura, une jeune femme de 24 ans porte plainte à Toulouse pour agression homophobe, est-ce un cas isolé ou est-ce une tendance lourde ?

Jérémy Perrard délégué régional de SOS homophobie : "Depuis plusieurs semaines des cas similaires s'identifient sur les réseaux sociaux en France. C'est inquiétant. Les victimes ont moins peur et utilisent les réseaux pour raconter ce qu'ils/elles ont vécu. Ils faut que les victimes témoignent et qu'elles n'hésitent pas à signaler et à porter plainte mais aussi à contacter les associations LGBT pour être accompagnés".

RÉÉCOUTER l'interview de Jérémy Perrard, délégué de SOS Homophobie en Midi-Pyrénées

Avez-vous des chiffres sur le nombre d'agressions homophobes ?

Les discriminations ont augmenté de 15% en 2017 par rapport à 2016 et +10% pour les agressions physiques. On peut être agressé partout : dans la sphère privée comme dans la rue. 

Aussi bien dans des petites communes que dans les grandes villes comme Toulouse et Montpellier ?

Oui tout à fait, c'est tout le territoire. Il y a des pics dans les grandes villes parce que les victimes ont plus le réflexe de témoigner mais on sait que dans la ruralité il y a des agressions et les victimes ont peur de témoigner parce que les agresseurs sont leurs voisins, leurs amis, qu'ils les croisent tous les jours. Mais il faut témoigner pour que les autorités et les élus fassent quelques choses et mettent des choses en place

Anne Hidalgo, la maire de Paris, présentera dans quelques jours un plan de lutte contre l'homophobie dans sa ville. Elle propose par exemple des peines d'intérêt général contre les agresseurs qui seraient obligés d'effectuer leur peine dans des associations LGBT. Qu'en pensez-vous ? 

Toutes les initiatives sont bonnes mais à voir... On fait déjà des interventions en milieu scolaire, dans les entreprises. Il faut avoir les structures et les professionnels pour les accueillir. Nous sommes des structures bénévoles.

SOS homophobie rejoint l'initiative d'Act up Sud-Ouest qui organise samedi 10 novembre à 17h métro Jean Jaurès à Toulouse une manifestation pour dénoncer les actes homophobes.