Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agressions sexuelles présumées aux Beaux-Arts : le procureur de Besançon invite les victimes à témoigner

-
Par , France Bleu Besançon

"Venez témoigner" : Etienne Manteaux, le procureur de la République, lance un appel aux élèves des Beaux-Arts de Besançon, après les révélations d'agressions sexuelles présumées au sein de l'école. Des témoignages relayés par l'association Balance ton école d'art.

Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon.
Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon. © Radio France - Marie-Coralie Fournier

Après les accusations de viols et d'agressions sexuelles aux Beaux Arts de Besançon, le procureur de la République s'adresse ce jeudi aux victimes présumées : Etienne Manteaux leur demande de venir témoigner et de raconter aux policiers ce qui s'est passé. Depuis quinze jours, sur les réseaux sociaux, l'association d'élèves et d'anciens élèves "Balance ton école d'art" dénonce des faits supposés d'attouchement, d'harcèlement sexuel et aussi un viol commis par des membres de l'équipe pédagogique.

Pour le moment, seule une plainte a été déposée au commissariat de Besançon. Sur les réseaux sociaux, les signalements anonymes se poursuivent. Certes, c'est une première libération de la parole, mais ça ne suffit pas d'un point de vue judiciaire, explique Etienne Manteaux :"Des renseignements anonymes comme cela, ne peuvent pas significativement faire avancer une enquête judiciaire. J'incite toutes les personnes, victimes ou témoins, à se manifester auprès du commissariat, à prendre rendez-vous pour que des auditions soient faites. 

Il faut des auditions - Le procureur 

Etienne Manteaux le dit, il sait combien c'est difficile de venir témoigner devant des policiers, mais "pour qu'une enquête progresse, il faut des auditions. C'est la condition indispensable pour que judiciairement, on puisse confondre des éventuels agresseurs, des éventuels violeurs", affirme le procureur. L'enquête se poursuit. 

De son côté, la mairie de Besançon a également lancé une enquête administrative au sein de l'école, qui est une école municipale. L'association "Balance ton Ecole d'Art" avait elle affirmé en septembre dernier, vouloir avant tout la démission des personnes mises en causes, sans forcément vouloir engager une démarche judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess