Faits divers – Justice

Agressions verbales et bagarres : les professeurs d'un lycée de Bordeaux passent à l'action

Par Mila Ta Ninga, France Bleu Gironde vendredi 7 février 2014 à 6:00

Le lycée professionnel Tregey à Bordeaux Bastide
Le lycée professionnel Tregey à Bordeaux Bastide © Radio France - Stéphanie Brossard

Les professeurs du lycée professionnel Trégey à Bordeaux, en ont assez de la violence quotidienne et du manque de moyens. Une partie d'entre eux a décidé jeudi soir de boycotter le Conseil d'administration, en présence du rectorat et de passer la nuit dans l'établissement. Ils réclament davantage de moyens.

Des insultes chaque heure entre élèves ou sur des professeurs, de la rébellion, des bagarres : certains élèves du lycée de Trégey à Bordeaux n'en sont pas à leurs premières vagues. Et les professeurs accusent le coup. Sans être défaitistes sur leur mission éducative, il n'empêche que parfois certains craquent.

Tous ont en tête ce qui est arrivé il y a un peu plus d'un an à l'un de leur collègue : il s'est violemment fait roué de coup par un élève de 18 ans. En septembre 2012, lors d'un cours d'histoire-géo et d'éducation civique qui portait sur le Maroc, le pays d'origine du jeune homme. L'affaire a fini devant la justice.

Après un moment d'apaisement, où la grande majorité des élèves a compris qu'il y avait des limites à ne pas dépasser, la tension est toujours palpable.

"Régulièrement, il y a une fille qui se lève voir un garçon pour lui coller un pain au self, deux élèves qui se castagnent dans la classe, des insultes ahurissantes entre eux ou vis-à-vis d'un prof.C'est permanent. Il n'y a pas une journée, il n'y a pas une heure où un prof ne dit pas : « Voilà à ce qui s'est passé, voilà ce que j'ai eu. » La situation est toujours identique. " — Un professeur du lycée Trégey à Bordeaux

" Il m'est arrivé de recevoir des agressions verbales avec des menaces physiques. Il m'arrive encore d'avoir peur "

Mission éducative dans un contexte explosif

Malgré tout, les professeurs veulent encore croire en l'avenir des élèves, même les plus turbulents. Mais pour cela, il faut des moyens. Alors, quand le rectorat leur a annoncé que l'établissement aurait 15 h 30 de cours en moins, les professeurs ont vu rouge.

À commencer par les professeurs qui ont des classes en demi-groupe. Car, même si la baisse de la dotation ne leur enlève ni poste, ni classe, elle retire la possibilité de travailler en petits groupes. Ce qui est impossible au vu de la difficulté de certains élèves. Pour montrer leur mécontentement, les professeurs élus au Conseil d'administration ont décidé de boycotter la réunion et d'occuper l'établissement toute la nuit de jeudi à vendredi.

" On demande surtout un classement en ZEP ou en REP " Zone/Réseau d'éducation prioritaire

Si les revendications des professeurs ne sont pas entendues d'ici le mois de mars, ils promettent de reconduire l'occupation du lycée, voire, plus si besoin est.

"Qu'est ce qu'on doit encore faire ? " Un professeur du lycée Trégey