Faits divers – Justice

Agricultrice à la retraite dans le Haut-Doubs, elle refuse son fichage ADN au prétexte d'une action militante

Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu mercredi 11 janvier 2017 à 18:09

Dominique Henry, agricultrice à la retraite à Grand Combe des Bois dans le Haut Doubs
Dominique Henry, agricultrice à la retraite à Grand Combe des Bois dans le Haut Doubs © Radio France - Christophe Beck

Dominique Henry s'oppose fermement à son fichage ADN qui lui est réclamé pour son action à la ferme "des mille vaches" dans la Somme en 2014. Elle devra s'en expliquer ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Montbéliard.

Dominique Henry est opposée à son fichage ADN, réclamé pour son action à la ferme "des mille vaches" dans la Somme en 2014. Elle en fait une question de principe. "Mon empreinte génétique dit beaucoup de mon histoire. Elle n'a pas a être mélangée avec celles de criminels et de délinquants sexuels, au seul prétexte d'une action militante, clairement revendiquée".

Cette agricultrice à la retraite à Grand'Combe-des-Bois, près du Russey, a été condamnée, avec trois autres militants de la Confédération paysanne, pour sa participation au démontage de la salle de traite de la ferme dite "des mille vaches", dans la Somme en 2014. Par la suite, sa peine avait été allégée par la cour d'appel, qui lui a reconnu le statut de lanceuse d'alerte. Mais le prélèvement ADN qui lui avait été réclamé au moment de sa garde à vue lui a une nouvelle fois été signifié en 2016 par la gendarmerie du Russey, dans le Doubs. L'ancienne institutrice continue de s'y opposer, parce qu'elle considère que "la constitution d'un fichier de militants rappelle des heures sombres de notre histoire".

Hors de question pour elle d'être fichée pour 40 ans

Le ficher des empreintes génétiques a été créé en 1998, en pleine affaire du tueur et violeur en série Guy Georges, pour faciliter les enquêtes en matière criminelle. À partir de 2003, il est étendu aux atteintes aux personnes et aux biens. Mais les infractions à caractère financier en sont exclues. Aujourd'hui, 3 millions de personnes voient leur empreintes répertoriées dans ce ficher. Dominique Henry rappelle qu'on entre dans ce ficher pour une durée de quarante ans. "En cette période d'incertitude politique, on ne peut pas laisser courir un ficher qui va parler de votre intimité pendant près d'un demi siècle".

Dominique Henry s'oppose au fichage des militants "qui rappelle des heures sombres de notre histoire".

La Confédération paysanne s'est associée à plusieurs syndicats et partis de gauche pour organiser une journée d'information et de débat ce jeudi à Montbéliard, devant le tribunal correctionnel et au centre Jules-Verne à La Petite Hollande.

La ferme des Henry à Grand Combe des Bois dans le haut Doubs  - Radio France
La ferme des Henry à Grand Combe des Bois dans le haut Doubs © Radio France - Christophe BECK

"On vient lui chercher des noises comme si elle était une grande criminelle" (Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération Paysanne)