Agriculture – Pêche

Agriculture: quand des terres du Lochois attirent la convoitise de sociétés financières

Par Denis Guey, France Bleu Touraine vendredi 27 janvier 2017 à 10:58

Les agriculteurs veulent défendre leurs terres contre la spéculation
Les agriculteurs veulent défendre leurs terres contre la spéculation © Maxppp - PQR

Après des investisseurs chinois dans l'Indre, d'autres sociétés financières sont-elles en train de mettre la main sur les terres agricoles en Touraine?

Les syndicats agricoles et la chambre d'agriculture d'Indre et Loire viennent de lancer un appel à la mobilisation pour défendre 720 hectares de terres dans le Lochois. Une holding d'une vingtaine de sociétés lorgne sur ces terrains alors que les syndicats veulent y installer des agriculteurs du cru. La bagarre passe par une réunion de la SAFER 37, la société d'aménagement foncier et rural.

Qu'il y ait des investisseurs dans le monde agricole ne nous pose pas de problème en soi, ce qui pose question c'est ce type de rachat où les gens ne deviennent pas que propriétaires mais viennent aussi pour exploiter les terres agricoles, en résumé faire de la spéculation foncière" Dominique Malagu, président de l'UDSEA 37

Pour les organisations professionnelles agricoles, la vente des terres agricoles par la SAFER prend donc aujourd'hui une vilaine tournure. L'UDSEA estime que l'on privilégie le portefeuille des vendeurs au détriment des agriculteurs potentiellement acquéreurs, autrement dit, la SAFER pencherait du côté des sociétés financières. Le directeur de la SAFER Touraine, Pierre Marnay s'inscrit en faux contre cette accusation. Dans le domaine des rachats de terres agricoles, il renvoie l'UDSEA à ses propres contradictions.

Attention de ne pas se tromper d'interlocuteur. A l'UDSEA, il y a aussi des gens qui aimeraient bien vendre sans contrainte et il y en a d'autres qui aimeraient bien acheter sans que les prix s'emballent. C'est donc au sein du même syndicat qu'il y a des visions différentes" Pierre Marnay, directeur de la SAFER 37

Ce qui se passe dans le monde agricole en ce moment, c'est un vrai débat éthique sur l'avenir des terres. Avec deux camps qui s'affrontent: ceux qui n'ont aucun scrupule à vendre à des fonds financiers et ceux qui ne tiennent à vendre qu'à des agriculteurs. Pour le président de la chambre d'agriculture d'Indre et Loire Henry Frémont, il faut que le législateur garantisse que le rachat d'une terre n'est pas une simple opération de spéculation juteuse pour un fonds financier. Seule une loi peut donc imposer la transparence, c'est le cas de la proposition du socialiste Dominique Potier qui vient d'être approuvée par les députés. Cette loi qui sera prochainement adoptée par le parlement rendra plus transparents les rachats des terres par des investisseurs français ou étrangers.

Ce jeudi 26 janvier, la SAFER s'est réunie pour examiner la proposition d'achat de ces 720 hectares dans le Lochois par une société financière. L"UDSEA, la chambre d'agriculture et les jeunes agriculteurs avaient la ferme intention de demander le report de l'examen du dossier afin de permettre aux agriculteurs candidats de mieux préparer leur candidature face à la holding. Ils ont obtenu satisfaction. L'étude a été reportée au comité technique du 2 mars.

__________________________________________________________