Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Décharge d'Ahuillé : le constructeur savait au moment de bâtir les maisons

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Tout le monde savait pour la décharge publique d'Ahuillé avant même qu'elle ne soit redécouverte dans le jardin de deux propriétaires en juillet. Au moment de faire les fondations des maisons actuels, le constructeur était tombé dessus et avait dû revoir l'ampleur des travaux.

Deux propriétaires d'Ahuillé près de Laval ont découvert une ancienne décharge publique sous leur maison.
Deux propriétaires d'Ahuillé près de Laval ont découvert une ancienne décharge publique sous leur maison. © Radio France - Willy Moreau

Ahuillé, France

France bleu Mayenne révélait au début du mois la fâcheuse découverte de plusieurs propriétaires d'Ahuillé. Sous leur jardin, ils ont retrouvé les traces de l'ancienne décharge publique. Le constructeur confirme à son tour qu'il avait retrouvé ces déchets au moment de construire les maisons il y a douze ans

Des plots pour soutenir les maisons

L'entreprise n'existe plus aujourd'hui mais le professionnel s'en rappelle bien : "Nous avions sondé une partie d'abord sur un mètre de profondeur et on trouvait le dur. Au moment d'en refaire un, c'est là qu'on est tombé sur le squelette d'un vélo". Les travaux prennent alors une autre tournure. 

Cet entrepreneur mayennais explique qu'il a dû retirer toute la terre ainsi que les déchets sur la zone à construire. Des plots ont ensuite été installés pour soutenir le lotissement. "La terre était trop meuble à cause de la décharge. Mais là c'est du solide ! On nous a dit que ça pouvait soutenir un HLM. Il a fallu creuser jusqu'à six mètres de profondeur", se rappelle-t-il. 

Il affirme qu'il n'était pas au courant de l'existence de cette décharge avant d'entamer les travaux. "On nous a toujours dit que personne ne savait rien mais c'est du pipeau", rajoute-t-il. Le chantier a été beaucoup plus onéreux que prévu mais il n'avance aucun chiffre. Dans le dossier du permis de construire du lotissement que France bleu Mayenne a consulté, aucun document ne fait référence à cette décharge publique.  

C'est le maire de l'époque, Marcel Rousseau, un ancien du village qui a signé les premiers documents. "J'espère bien qu'il était au courant que la décharge existait !", rigole un habitant. Pierre-Marie Ledauphin qui a pris sa relève et suivi la fin du chantier affirmait quant à lui que la décharge s'arrêtait au pied des maisons. Le constructeur confirme cette hypothèse puisque l'intégralité de la décharge aurait été retirée sous les maisons mais pas, visiblement, dans la partie jardin. 

L'omerta dans le village

Reste que les propriétaires veulent obtenir réparation. C'était l'objet d'une réunion ce mercredi matin entre la maire du village, les propriétaires lésés ainsi que l'ancienne propriétaire. D'après nos informations, l'entretien aurait duré une bonne heure. L'ancienne propriétaire, qui avait racheté avec son frère les maisons en question, aurait affirmé qu'elle n'était pas au courant pour la décharge. Contactée par France bleu Mayenne, elle n'a pas répondu à nos sollicitations. 

Dans le village, beaucoup espèrent que l'histoire se tasse un peu. À commencer par les propriétaires. "Notre avocat nous a demandé de ne plus s'exprimer dans les médias", explique l'un des propriétaires. L'avocat lui n'a pas souhaité pas s'exprimer. La maire actuelle, Christelle Reillon, veut également de son côté que les choses s'apaisent. "Il faut nous laisser du temps. Nous entamons les démarches en lien avec les services de l'État, l'ARS, la DREAL pour refaire l'historique de cette décharge", réexplique-t-elle. 

Choix de la station

France Bleu