Faits divers – Justice

Aide juridictionnelle : Christiane Taubira recule, mais la grève des avocats n'est pas terminée

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 21 octobre 2015 à 14:08

Christiane Taubira
Christiane Taubira © Maxppp

Le gouvernement renonce à financer l'augmentation du budget de l'aide juridictionnelle par un prélèvement sur les intérêts de fonds placés dans des caisses (Carpa) gérées par les avocats, a annoncé mercredi la ministre de la Justice. C'était une mesure exigée par les avocats en grève.

Alors que leur grève se durcissait un peu chaque jour depuis plus d'une semaine, les avocats ont été entendus mercredi par la ministre de la Justice. Christiane Taubira renonce, dans son projet de réforme de l'aide juridictionnelle, à prélever les caisses gérées par les avocats. 

Finalement flexible

Jeudi dernier, après quelques jours de cette grève qui perturbait le fonctionnement des tribunaux, Christiane Taubira s'était dite "inflexible" quant à ce processus de renflouement des caisses de l'aide juridictionnelle, un système aujourd'hui "à bout de souffle". Elle se disait sereine quant à un apaisement par le dialogue. 

Finalement, ce mercredi, la garde des Sceaux a fait machine arrière. Un amendement sera déposé au Sénat en ce sens, a déclaré Christiane Taubira à l'issue d'une réunion avec les représentants des avocats. 

Quinze millions d'euros de moins pour l'aide juridictionnelle

Les prélèvements de cinq millions d'euros en 2016 et de 10 millions en 2017 sont donc annulés. Ils devaient être prélevées sur les Carpa, ces fameuses caisses financées par les avocats, pour financer l'aide juridictionnelle qui permet aux plus démunis d'accéder aux services d'un avocat aux frais de l'État. Le budget de cette aide sera donc ramené à 400 millions en 2016, contre 405 prévus dans le projet de réforme. 

Pas d'arrêt immédiat de la grève

Malgré cette marche arrière, la grève des avocats se poursuit. En effet, le président du Conseil national des barreaux (CNB) Pascal Eydoux attend que les propositions de la ministre soient précisées. C'est une assemblée générale prévue vendredi qui décidera de l'arrêt ou de la poursuite de la grève. 

LIRE AUSSI : La grève continue pour les avocats du territoire de Belfort