Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le cri du cœur de la maman de Priscillia, tuée à Estagel : "Aidez-nous à trouver des indices sur l'assassin"

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

La maman et la tante de Priscillia, l'adolescente tuée à l'arme blanche le soir du bal de pompier à Estagel (Pyrénées-Orientales), lancent un appel à témoins. Depuis le matin du 7 juillet, cette famille recherche le moindre indice pour retrouver l'assassin de la jeune femme de 18 ans.

La maman de Priscillia à droite et la tante demandent aux participants de la soirée de fouiller dans leurs souvenirs
La maman de Priscillia à droite et la tante demandent aux participants de la soirée de fouiller dans leurs souvenirs © Radio France - Nina Valette

Estagel, France

"Cherchez dans votre mémoire, dans vos téléphones, il y a peut-être des preuves !" : c'est l'appel à l'aide de la maman de Priscillia, la jeune fille de 18 ans retrouvée morte dans un cimetière à Estagel (Pyrénées-Orientales), le 7 juillet, au lendemain du bal des pompiers. L'adolescente a été tuée par arme blanche et retrouvée dans le cimetière de la petite commune catalane. 

À la recherche du moindre indice 

Dans le village d'Estagel, impossible de louper la maison où loge cette famille brisée. Devant la fenêtre, sur le trottoir, il y a une petite table en bois recouverte de fleurs et de peluches, sans oublier le portrait de la jeune femme. Sophie, la maman, sort du bâtiment, le regard vide et les yeux qui ont beaucoup trop pleuré. 

"C'était une petite fille avec la joie de vivre. Elle était toujours partante pour venir au jardin avec moi, pour faire du vélo mais jamais sans son casque. Elle adorait la musique", raconte cette maman complètement détruite. Une mère qui tient debout uniquement grâce à ses autres enfants, d'après ses propres mots. 

Ecoutez le témoignage de cette famille

Pour l'épauler, la tante de Priscillia est toujours là. Une femme très affectée qui n'arrive toujours pas à réaliser le drame : "J'ai toujours l'impression qu'elle va arriver au coin de la rue. Cette année, les vacances sont... dramatiques", sanglote la catalane. 

Une famille qui ne dort plus, qui ne sort plus

Alors pour faire avancer les choses, la famille de Priscillia lance un nouvel appel à témoins : "Il y a forcément quelqu'un qui a une photo, une vidéo, qui a vu une scène", insiste la maman avant que la tante n'ajoute : "le moindre indice peut nous aider. Même si ça vous semble ridicule, ou pas grand-chose, ça peut aider la gendarmerie", implore celle qui était surnommée "Tata" par Priscillia. 

"Il faut vous mettre deux secondes à notre place et nous aider."

Pour ces deux femmes, l'adolescente a forcément suivi quelqu'un qu'elle connaissait, quelqu'un des alentours : "On ne va pas dans un cimetière seule pour le plaisir", insiste la famille. 

En plus de savoir l'assassin en liberté, cette famille a enterré l'adolescente à quelques mètres seulement de l'endroit où le corps a été retrouvé dans le cimetière. "Une double peine", pleure cette maman détruite. 

Pour ne pas oublier Priscillia, les habitants d'Estagel déposent des fleurs et des peluches devant la maison de la famille  - Radio France
Pour ne pas oublier Priscillia, les habitants d'Estagel déposent des fleurs et des peluches devant la maison de la famille © Radio France - Nina Valette