Faits divers – Justice

Air France : les cinq salariés poursuivis pour violences ont été mis à pied

Par Julien Baldacchino, France Bleu jeudi 15 octobre 2015 à 10:23

Un rassemblement de soutien aux salariés d'Air France, à Roissy
Un rassemblement de soutien aux salariés d'Air France, à Roissy © Maxppp

Les cinq salariés d'Air France poursuivis pour des violences en marge du Comité central d'entreprise (CCE) le 5 octobre dernier ont été mis à pied, annoncent ce jeudi les syndicats. Ils seront jugés le 2 décembre prochain.

Une source syndicale d'Air France annonce ce jeudi matin que les cinq salariés poursuivis pour "violences aggravées" après le CCE du 5 octobre dernier ont été mis à pied par la direction de l'entreprise, à la suite de leur interpellation. "Après avoir criminalisé la souffrance des salariés, la direction enfonce le clou en s'attaquant aux revenus et à l'emploi des salariés", dénonce la CGT. 

Selon cette source, les cinq hommes, âgés de 35 à 48 ans, ont reçu mercredi un courrier les informant de leur mise à pied à titre conservatoire et sans solde. Quatre d'entre eux sont des employés de la branche cargo de la compagnie, et certains ont un mandat syndical à la CGT. 

Quatorze plaintes déposées

Quelques heures plus tôt, mardi, ils avaient été déférés devant le parquet de Bobigny, après une trentaine d'heures de garde à vue. Ils seront jugés le 2 décembre pour "faits de violence en réunion ayant entraîné une ITT (incapacité temporaire de travail) n'excédent pas huit jours", et risquent jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende. 

Ces quatre salariés ont été interpellés lundi matin après que quatorze plaintes ont été déposées après ces violences, neuf venant de vigiles et cinq de cadres d'Air France. Lors du Comité central d'entreprise du 5 octobre, au cours duquel la direction de la compagnie avait annoncé un vaste plan de restructuration menaçant 2.900 emplois, deux dirigeants du groupe avaient molestés et avaient dû prendre la fuite, chemises déchirées.