Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Airbus : sept salariés d'un site toulousain sanctionnés suite à des bizutages

vendredi 21 juillet 2017 à 19:51 Par Clémence Fulleda et Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie et France Bleu

Sept salariés d'Airbus viennent d'être sanctionnés par la direction pour des faits de harcèlement et d'humiliation. L'un d'eux a été licencié. Précisions.

Les faits se sont produits au sein de la chaîne d'assemblage de l'A330
Les faits se sont produits au sein de la chaîne d'assemblage de l'A330 © Maxppp - Nathalie Saint-Affre

Toulouse, France

C'est une affaire qui risque de faire du bruit.

La direction d'Airbus Opérations SAS a envoyé à ses employés une lettre indiquant que des mesures disciplinaires ont été prises à l'encontre de sept personnes travaillant sur la chaîne d'assemblage de l'A330 à Colomiers.

"Harcèlement", "humiliation" et bizutage

Six employés sont mis à pied temporairement et une personne est licenciée. Ces mesures sont rares chez le constructeur aéronautique, mais la direction parle dans son courrier " de harcèlement et d'humiliation particulièrement graves et répétées sur plusieurs personnes", de "comportements discriminatoires et vexatoires".

L'un des porte-paroles d'Airbus, joint par France Bleu Toulouse, explique qu'il s'agit d'une forme de bizutage que des nouveaux venus sur la chaîne d'assemblage ont du subir.
Parmi les sept personnes sanctionnées, il y a même des agents de maîtrise chargés d'encadrer des salariés et qui auraient donc du empêcher ces agissements.

Des faits rares mais pas inédits

La direction assure avoir "diligenté une enquête interne approfondie".
Elle précise également dans sa lettre que "ce n'est pas la première fois qu'elle fait face à ce type de situations" mais qu'elle prendra "toutes les mesures nécessaires afin d'éradiquer ces agissements".