Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Aix-les-Bains : la ville sous le choc après l’identification du second terroriste de Saint-Etienne-du-Rouvray

jeudi 28 juillet 2016 à 21:36 Par Richard Vivion, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Abdel Malik P., le deuxième homme de l’attentat du Saint-Etienne-du-Rouvray habitait depuis deux ans Aix-les-Bains. Tous ceux qui ont croisé ce jeune de 19 ans le dépeignent comme un garçon "gentil" et se posent des questions sur sa dérive jihadiste.

Le quartier Franklin Roosevelt à Aix-les-Bains. C'est ici que vivait Abdel Malik P..
Le quartier Franklin Roosevelt à Aix-les-Bains. C'est ici que vivait Abdel Malik P.. © Maxppp -

Rue de Genève à Aix-les-Bains, l’artère commerçante de la ville. Il y a un peu plus d’un an en mars 2015, la patronne de l’un des boutiques de vêtements a côtoyé Adbel Malik pendant quelques semaines. "Il est venu en stage chez nous", reconnaît cette femme qui souhaite garder l’anonymat. "C'était un garçon gentil et très poli, poursuit-elle. On n'aurait jamais pu imaginer ça. Je suis sous le choc. Il était très agréable... je n’ai eu aucun problème avec lui", assure la gérante du magasin.

REPORTAGE | Aix-les-Bains, le choc et l'incompréhension

Reportage de Richard Vivion

"Pas ici"

Un peu plus bas dans la rue, une autre boutique où Abdel Malik a été en stage. C’était il y a plus longtemps, en 2013. Sandrine l’une des vendeuses ne se rappelle pas particulièrement du jeune homme mais elle est aussi sous le choc. "Cela nous scie les jambes, on se dit : pas ici". Aix-les-Bains la petite ville est traumatisée. Deux retraitées discutent en marchant du "terroriste qui vivait près de chez nous". "Il faut quand même que cela ne nous empêche pas de sortir", se rassure l’une d’elle.

Depuis son arrivée à Aix-les-Bains il y a moins de deux ans avec sa mère et sa sœur de 17 ans, Abdel Malik P. fréquentait la mosquée située à l’entrée nord de la ville. Celle là même visée par un incendie criminel après l’attentat de Charlie Hebdo. Et là aussi, c’est la même incompréhension. Les mêmes interrogations. "Ici, à la mosquée, on est abasourdi", dit dans un murmure le secrétaire de l’association musulmane d’Aix-les-Bains. "Je suis surpris et choqué, enchaine Selim Ben Mehidi.  Il avait un comportement exemplaire, irréprochable, n'avait jamais la voix qui s'élevait, était vraiment calme... Une personne attachante, sereine. Il n'y a eu aucun signe avant coureur. C'est le cheval de Troie!"

Il n'y a jamais eu de problème ou de suspect ultra religieux dans cette mosquée" (Selim Ben Mehidi, association musulmane d'Aix-les-Bains)

Interview de Richard Vivion

Selim Ben Mehidi (à gauche) de l'association musulmane d''Aix-les-Bains.  - Radio France
Selim Ben Mehidi (à gauche) de l'association musulmane d''Aix-les-Bains. © Radio France - Richard Vivion

Abdel Malik P. est né le 14 novembre 1996. Il a effectué une partie de sa scolarité au lycée Marlioz d’Aix-les-Bains où il a décroché un bac professionnel (section commerce). Il a été identifié formellement comme le deuxième auteur de l'attaque meurtrière de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. En juin, il s’est rendu en Turquie, probablement pour essayer de passer en Syrie. A la fin du mois, il a fait l'objet d'une "fiche S", une fiche signalant sa surveillance par les Renseignements français. En juillet, il a participé au meurtre d'un prêtre dans une église normande en compagnie d'Adel K.. Comment les deux hommes se sont-ils connus ? Comment et depuis quand se sont-ils radicalisés ? Pour l’instant, ces questions restent sans réponse.

A LIRE AUSSI