Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alarme attentat à Joué-lès-Tours : fausse alerte dans une école primaire ce vendredi matin

-
Par , France Bleu Touraine

L'alarme attentat s'est déclenchée de manière intempestive ce vendredi matin à l'école primaire Maison Neuve à Joué-lès-Tours. Les élèves ont été mis en sécurité, police municipale et nationale ont été appelées. C'est finalement un petit court-circuit électrique qui est en cause.

Grosse frayeur, mais finalement fausse alerte à l'école Maison Neuve à Joué-lès-Tours
Grosse frayeur, mais finalement fausse alerte à l'école Maison Neuve à Joué-lès-Tours - Capture d'écran Google Maps

L'alarme intrusion attentat, bien différente de l'alarme incendie, s'est déclenchée ce vendredi matin au sein de l'école primaire Maison Neuve à Joué-lès-Tours. Ecole qui regroupe 250 élèves, entre maternelle et élémentaire. Selon la procédure prévue dans le dispositif mis en place après les attentats de 2015, le personnel de l'école a alors appelé la police municipale et la police nationale. Les élèves ont été mis en sécurité au sein de l'établissement

Une psychologue sur place pour entendre les enfants

Rapidement arrivés sur place, les forces de l'ordre ont constaté que le déclenchement de l'alarme était en fait dû à un petit court-circuit électrique. Une psychologue a été dépêchée sur place ce vendredi après-midi pour entendre les élèves qui auraient pu être choqués du déclenchement de cette alarme, notamment ceux de Grande Section. Ce sont ces 22 enfants qui ont en effet entendu le plus fort la sirène, étant dans des préfabriqués. 

Les parents qui avaient été informés par SMS du déclenchement de l'alarme ont finalement été informés de la fausse alerte. En même temps que les policiers, pompiers et inspecteur académique ont aussi été dépêchés sur place, comme le veut la procédure en cas de déclenchement de l'alarme intrusion attentat. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess