Faits divers – Justice

Alcoolémie au volant : le permis restitué à condition d'installer un éthylotest

Par Romain Dézèque, France Bleu Nord vendredi 2 décembre 2016 à 6:00

Le département du Nord est en test avant un éventuel élargissement à l'ensemble du territoire en 2019
Le département du Nord est en test avant un éventuel élargissement à l'ensemble du territoire en 2019 © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Les automobilistes dont le permis est suspendu pour conduite en état d'ivresse peuvent, depuis jeudi, demander la restitution du papier rose à une condition : qu'ils installent un éthylotest antidémarrage dans leur véhicule. Une expérimentation réalisée dans la Marne, la Drôme et le Nord.

Depuis le 1er décembre, les conducteurs dont le permis a été retiré ou suspendu peuvent demander une restitution devant une commission médico-administrative. Cette commission, composée notamment de médecins, pourra délivrer un permis aux automobilistes volontaires si et seulement si ces derniers acceptent d'installer à leurs frais un éthylotest d'antidémarrage électronique dans leurs véhicules. Ils devront également effectuer un suivi médico-psychologique afin de soigner leur addiction précise la Sécurité routière. La commission, avec l'accord de la préfecture, délivrera alors un permis temporaire au conducteur, le temps que sa peine soit purgée. "Il s'agit de responsabiliser l'automobiliste" estime Jacky Maréchal, directeur de la Prévention routière du Nord. "C'est un moyen efficace de lutter contre la conduite en état d'ivresse, la conduite sans permis et ça permet aussi à ceux qui ont été verbalisés de continuer à travailler. Cette mesure a une dimension sociale."

Trois départements test avant un déploiement national

Seul frein au dispositif, le coût à la charge du conducteur. Le prix d'un éthylotest neuf avoisine les 1.000/1.500 euros. "C'est évidemment moins cher à la location avec un prix compris entre 50 et 90 euros" complète Jacky Maréchal. "Il faut aussi prendre conscience que conduire en état d'ivresse peut s'avérer beaucoup plus cher que le coût d'installation de cet appareil". Le Nord fait partie des trois départements autorisés à réaliser cette expérimentation. Il y aura une évaluation régulière en vue d'une extension de ce dispositif à l'ensemble du territoire national le 1er janvier 2019. Entre 2013 et 2015, 28% des accidents mortels étaient dû à l'alcool dans le département.

Partager sur :