Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Alexandra Benalla mis en examen pour "port d'arme non autorisé" après son selfie à Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou

La liste des faits reprochés à Alexandre Benalla s'allonge encore un peu plus ce mercredi 20 mars. L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron a été de nouveau mis en examen dans deux affaires, après une audition par deux juges d'instruction à Paris.

Alexandre Benalla mercredi 20 mars 2019 dans les couloirs du Palais de justice de Paris.
Alexandre Benalla mercredi 20 mars 2019 dans les couloirs du Palais de justice de Paris. © Maxppp - Aurelien Morissard

Poitiers, France

On l'a appris dans la soirée, ce mercredi 20 mars. Alexandre Benalla a été mis en examen pour deux nouveaux faits. D'abord pour l'une de ses interpellations très controversées du 1er mai 2018, à Paris au Jardin des Plantes.

Mais il est aussi poursuivi suite à une photo prise à Poitiers lors de la campagne présidentielle de 2017.  Ce selfie montre Alexandre Benalla un pistolet à la main, en compagnie de deux hommes et d'une serveuse. Le cliché a été pris en avril 2017 au restaurant Les Archives à Poitiers. L'ancien conseiller accompagne alors Emmanuel Macron après un meeting à Châtellerault entre les deux tours de l'élection présidentielle.

Sa défense mise à mal 

A l'époque, il n'a pas le droit de porter une arme en dehors du QG de campagne d'En Marche. C'est le site Médiapart qui a révèle ce cliché en septembre dernier et depuis Alexandre Bennalla affirme qu'il s'agit d'un pistolet à eau. 

Dans l'attente de vérifications, les juges ont un temps renoncé à le mettre en examen. Mais de nouveaux éléments apparus dans l'enquête semblent avoir mis à mal sa défense. Une note de Tracfin, le service anti-fraude et anti-blanchiment d'argent, a notamment révélé qu'il avait effectué des achats dans une armurerie les jours précédents ce cliché. Il est donc poursuivi pour "port et détention non autorisé d'armes de catégorie B".