Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Alexandre Benalla au Tchad : pourquoi ce voyage fait-il polémique ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Mis en cause pour des violences lors des manifestations du 1er mai, l'ancien collaborateur de l'Élysée, remercié cet été, est au cœur d'une nouvelle polémique après un voyage au Tchad, début décembre, peu de temps avant la visite officielle d’Emmanuel Macron dans ce pays.

Audition d'Alexandre Benalla devant la Commission des lois du Sénat, à Paris le 19 septembre 2018
Audition d'Alexandre Benalla devant la Commission des lois du Sénat, à Paris le 19 septembre 2018 © Maxppp - Alexis Sciard

Mis en examen notamment pour "violences volontaires" après la diffusion de vidéos sur lesquelles on le voyait molester des manifestants le 1er mai à Paris, Alexandre Benalla fait à nouveau la une de l'actualité. Le parquet de Paris ouvre ce samedi une enquête préliminaire pour, notamment, "abus de confiance".

Remercié cet été, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron s’est rendu au Tchad début décembre, peu de temps avant la visite officielle du président de la République dans ce pays. D'après les révélations de Mediapart (article payant) ce jeudi, il aurait voyagé avec un passeport diplomatique, délivré le 24 mai dernier. Qu'a-t-il fait au Tchad ? Pourquoi a-t-il rencontré le président Idriss Déby avant la visite du chef de l'État à N'Djamena ? Comment expliquer qu'il dispose encore de passeports diplomatiques après son licenciement ? Francebleu.fr fait le point.

Pourquoi Alexandre Benalla s'est-il rendu au Tchad avant Emmanuel Macron ?

Le 12 décembre, "La lettre du continent" révèle qu'Alexandre Benalla s'est rendu au Tchad début décembre, trois semaines avant la visite officielle d'Emmanuel Macron dans ce pays. Le 24 décembre, le journal Le Monde précise que durant ce séjour, l'ex-collaborateur de l'Élysée s'est entretenu deux heures avec le président tchadien Idriss Deby. Il aurait aussi rencontré son frère, Oumar, qui dirige la réserve stratégique, l’organisme en charge de gérer les commandes militaires du pays.

Le voyage de l'ex-collaborateur de l'Élysée avait-t-il un lien avec celui du président de la République ? Non selon l'Élysée qui, dès l'arrivée du chef de l'État au Tchad samedi, a démenti en affirmant qu'Alexandre Benalla n'avait averti l'Élysée de son déplacement qu'a posteriori. Selon les informations recueillies par Le Monde, "Emmanuel Macron a tenu à faire savoir samedi à Idriss Déby que cette personne n’était en aucun cas un intermédiaire officieux ou officiel. Seuls le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le conseiller diplomatique du président, Philippe Etienne, et Franck Paris, son conseiller Afrique, peuvent se prévaloir du chef de l’État" sur le terrain africain a précisé la présidence au quotidien.

Pourquoi a-t-il voyagé avec des passeports diplomatiques ?

Autre point embarrassant pour l'Élysée, selon Mediapart Alexandre Benalla continue de voyager avec un passeport diplomatique émis le 24 mai, après sa mise à pied liée aux violences du 1er mai. Interrogée par l'AFP, la présidence n'a pas fourni d'explication jeudi.

Toujours selon le site d’information, il aurait utilisé ce document diplomatique pour plusieurs voyages en Afrique, même s’il avait déclaré sous serment, devant le Sénat, que ce passeport avait été laissé dans le bureau qu’il occupait à l’Élysée.

Les autorités étaient-elles informées ?

Le ministère des Affaires étrangères affirme avoir réclamé en juillet la restitution de deux passeports diplomatiques, et ajouté que "les suites à donner, y compris judiciaires" seraient examinées. D'après franceinfo, Alexandre Benalla "s'était engagé par écrit le 23 mai 2018 à restituer ces documents à la fin des fonctions qui en justifiaient l'attribution." 

L'Élysée a assuré vendredi ne disposer "d'aucune information remontée par les services de l'État" concernant l'utilisation des passeports diplomatiques par l'ancien collaborateur du chef de l'État et que la présidence avait demandé "aux administrations compétentes" la restitution de ces passeports "dès le licenciement pour motif disciplinaire" qui a eu lieu le 20 juillet. Mais aucun passeport n'a été retourné. Dans une lettre du 23 mai 2018, que franceinfo a pu consulter, Alexandre Benalla s'était pourtant engagé à les rendre.

Alexandre Benalla faisait-il des affaires pendant qu'il était en poste à l'Elysée ? C’est en tout cas ce que semble craindre la présidence. L'entourage d'Emmanuel Macron a lancé une enquête et le directeur de cabinet du président, Patrick Strzoda, a adressé un courrier à Alexandre Benalla ce week-end dans lequel il lui réclame de faire toute la lumière sur "d'éventuelles missions personnelles et privées" menées "comme consultant" à l'époque où il travaillait pour l'Élysée. Un courrier transmis au procureur de la République de Paris. Le ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves Le Drian a annoncé de son côté avoir saisi le procureur de la République.

Quelle est la version d'Alexandre Benalla ?

Alexandre Benalla n'a "jamais" mené de mission à titre privé lorsqu'il travaillait à l'Elysée, a répondu vendredi à l'AFP l'entourage de l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron, sommé de s'expliquer par le palais présidentiel. Selon la même source, l'ancien membre du cabinet du président a récupéré _"début octobre" l_es passeports diplomatiques dont il disposait à l'Elysée.

Son voyage au Tchad était un voyage d'affaires avec de "grands patrons du Moyen-Orient", des relations nouées avant 2012, c'est à dire avant de travailler pour Emmanuel Macron.

"Je suis particulièrement choqué et scandalisé par les propos irresponsables tenus par l’Élysée, sous-entendant que j’aurais, dans le cadre de mes déplacements en Afrique, pu me prévaloir d’une fonction, d’un titre, ou d’un pouvoir aux fins de démarchages professionnels" a réagi Alexandre Benalla, accusant "certaines personnes de l'entourage d'Emmanuel Macron" de chercher à "saccager" sa vie. "Je ne me tairai plus", a-t-il menacé mercredi.

Il a par ailleurs annoncé son intention de saisir le procureur de la République. 

Le parquet de Paris ouvre une enquête

Le parquet de Paris annonce ce samedi qu'il a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire pour "abus de confiance", "usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle" et "exercice d'une activité dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique ou d'une activité réservée aux officiers publics ou ministériels".

Choix de la station

France Bleu