Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Série de crimes à Montluçon

Allier : le procès des auteurs des crimes de Montluçon débute ce lundi devant la cour d'assises des mineurs

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu, France Bleu Creuse

Deux jeunes sont jugés à partir de ce lundi devant la cour d'assises des mineurs de l'Allier pour avoir tué "sauvagement" trois retraités et violé une jeune femme à Montluçon en 2017. Le procès doit durer cinq jours et se tenir à huis clos, l'un des deux accusés était mineur au moment des faits.

La cour d'assises de l'Allier à Moulins.
La cour d'assises de l'Allier à Moulins. © AFP - Thierry Zoccolan

Moulins, France

Deux jeunes hommes comparaissent à partir de lundi et pour cinq jours devant la cour d'assises des mineurs de l'Allier à Moulins. Ils sont poursuivis pour le meurtre de trois retraités et le viol d'une jeune femme commis en mars 2017 à Montluçon. Les débats devraient se tenir à huis clos. Ces crimes avaient choqué, en premier lieu les Montluçonnais, mais très vite, c'est l'ensemble du pays qui avait été ému par ces actes odieux. Les investigations ont révélé une "ultra-violence" des deux accusés

Un double meurtre le 3 mars 2017

Le 3 mars 2017, les corps de Massimo et de son épouse Geneviève Degl'innocenti sont découverts dans leur petit appartement de la rue Raquin. Il y a du sang un peu partout dans le logement, les autopsies montreront qu'il y a eu un déchaînement de violence de la part des auteurs. 

Les corps des époux Degl'innocenti ont été retrouvés dans leur appartement au premier étage - Radio France
Les corps des époux Degl'innocenti ont été retrouvés dans leur appartement au premier étage © Radio France - Géraldine Marcon

Un viol, puis un autre meurtre quelques jours plus tard

Le 12 mars, dans son appartement du boulevard de Courtais, une jeune femme est violée à plusieurs reprises sous les yeux de son ami ligoté. Le calvaire des jeunes gens durera plus de deux heures. Ils parviendront malgré tout à décrire leurs deux agresseurs. 

Le 13 mars, c'est le corps sans vie de Jeanine Ponce, retraitée de 74 ans qui est retrouvé dans son appartement de l'avenue de la République. Là encore, les auteurs ont fait preuve d'une violence extrême. "Les actes commis sur Mme Ponce sont horribles, il y a une vraie monstruosité chez ces jeunes" s'indigne Anne-Cécile Bloch, avocat de la fille et du petit-fils de la victime, parties civiles dans le procès devant les Assises de l'Allier.

Des actes d'une violence inouïe

Après ces crimes, l'inquiétude est forte dans la ville de Montluçon. Le maire en place, Daniel Dugléry, demande des renforts de police : "il y avait une réelle angoisse des habitants, renforcée par la présence de jeunes qui erraient dans le centre-ville, la presse s'en est largement fait écho car c'était du jamais-vu ici!", se souvient l'ancien édile.

Daniel Dugléry, ancien maire de Montluçon - Radio France
Daniel Dugléry, ancien maire de Montluçon © Radio France - Géraldine Marcon

Jusqu'à ce que la police annonce avoir interpellé l'un des auteurs dont l'ADN a été retrouvé notamment sur la première scène de crime. Le second auteur "présumé" des faits sera interpellé quelques jours plus tard. D'autres jeunes, qui étaient plus ou moins avec eux, seront aussi arrêtés, mais aucune charge ne sera retenue contre eux.
Tous ces jeunes sont issus de la communauté mahoraise, arrivés il y a quelques années en France, avec peu de repères, très peu de revenus, très vite attirés par l'alcool et la drogue. 

Des expertises qui révèlent une vraie dangerosité

Lors de l'instruction, les mis en cause ne reconnaîtront que partiellement les faits et exprimeront que de timides regrets. Les experts psychiatres relèveront, eux, une vraie dangerosité des deux hommes. "J'attends beaucoup de choses de mon client, qu'il explique ses passages à l'acte, on a besoin de comprendre", explique Renaud Portejoie, avocat du plus âgé des deux accusés.

L'avocat clermontois Renaud Portejoie défendra le plus agé des deux accusés - Radio France
L'avocat clermontois Renaud Portejoie défendra le plus agé des deux accusés © Radio France - Géraldine Marcon

A partir de lundi, et pendant cinq jours, les deux accusés âgés de 20 et 21 ans seront jugés devant la cour d'assises des mineurs de l'Allier à Moulins. L'un des accusés étant mineur au moment des faits, le procès devrait se dérouler à huis clos pendant cinq jours. Le plus jeune des deux encourt trente ans de réclusion, le second la perpétuité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu