Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alsace : deux caissières soupçonnées d'avoir volé 160.000 euros dans un Leclerc de Colmar

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Deux caissières ont été placées en garde à vue puis relâchées ce mardi dans le Haut-Rhin, en Alsace. Elles ont admis avoir volé plus de 160.000 euros dans la caisse centrale du Leclerc de la route de Neuf-Brisach à Colmar

Une caissière dans un supermarché - illustration
Une caissière dans un supermarché - illustration © Maxppp - Maxppp

Deux salariées du supermarché Leclerc, route de Neuf-Brisach à Colmar, ont reconnu avoir dérobé plus de 160 000 euros dans la caisse centrale. Elles ont placées ce mardi en garde à vue au commissariat de Colmar, puis remises en liberté dans la soirée. 

Elles comparaitront en octobre prochain devant la justice. Il s'agit de deux quinquagénaires sans histoire. L'affaire a été découverte en février dernier par le directeur du magasin alerté par le commissaire aux comptes. Le petit manège des deux employées a pu longtemps passé inaperçu car elles dérobaient chaque mois des petites sommes, moins de 1.000 euros dans la caisse centrale dont elles avaient la gestion.

C’est peu de chose par rapport au chiffre d’affaire de ce type de grande surface. Les premiers vols constatés remontent à 2013. L’ancienne responsable a admis avoir dérobé 110.000 euros au total, son adjointe arrivée un peu plus tard dans la combine aurait pris 50.000 euros.

Pas de train de vie fastueux l’argent a surtout servi à éponger les dettes des deux quinquagénaires. Mises à pied dès le mois de février, les deux salariés ont été licenciées pour faute grave il y a quelque semaines.

Sans antécédent judicaire, elles comparaitront en octobre prochain devant la justice sur reconnaissance préalable de culpabilité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess