Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Altercation physique entre un étudiant et un professeur pendant un partiel de droit

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Le doyen de la faculté de droit demande au président de l'Université d'Aix-Marseille de saisir la section disciplinaire pour faire la lumière sur cette affaire.

Le campus d'Aix-en-Provence
Le campus d'Aix-en-Provence © Maxppp - Nicolas Vallauri

Aix-en-Provence, France

La scène se déroule mercredi matin dans un amphithéâtre de la faculté d'Aix-Marseille. Elle est racontée ce samedi matin par nos confrères de La Provence. Un professeur agrégé de droit aurait agrippé un étudiant lors d'une épreuve de rattrapage. L'altercation a débuté avec l'un des surveillants qui accuse le jeune homme de l'avoir insulté. Elle se poursuit avec l'enseignant chercheur qui aurait violemment saisi l'étudiant et copieusement insulté le reste de l'amphithéâtre.

La section disciplinaire de l'université va être saisie

Trois jours après les faits, l'université a recueilli les témoignages de l'étudiant, du surveillant chargé de TD et de l'enseignant-chercheur. Un certificat médical de l'étudiant ainsi qu'une lettre ouverte et plusieurs signatures d'autres étudiants présents lors de l'examen ont également été pris en compte. 

Selon nos informations, le doyen de la faculté, Jean-Philippe Agresti, a demandé au président de l'Université la saisie de la section disciplinaire de l'établissement pour instruire cette affaire et juger des responsabilités de chacun. Une décision pourrait être prise dans quelques semaines et pourrait avoir des conséquences disciplinaires si une faute de l'enseignant-chercheur est avérée. D'ici là, il s'est mis en arrêt de travail. 

Sécuriser les étudiants

Autre priorité pour Jean-Philippe Agresti, sécuriser les étudiants et leurs examens. Les copies ont été corrigées de façon anonyme comme le prévoit le règlement et ni le surveillant, ni l'enseignant en cause n'ont été impliqués dans la correction. Le doyen précise que tous les étudiants qui se sont sentis perturbés par cette altercation, et qui estiment que leur note a été affectée, peuvent demander à repasser une nouvelle épreuve de rattrapage dans les plus brefs délais.