Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Amboise : les travaux au Clos-Lucé étaient-ils illégaux ?

-
Par , France Bleu Touraine

Le procureur de la République de Tours confirme qu'un enquête de la police judiciaire est en cours pour des travaux réalisés sans autorisation au Clos-Lucé, et portant atteinte au patrimoine. Une affaire qui ternit un peu la visite d'Emmanuel Macron à Amboise.

Le Clos-Lucé dernière demeure de Léonard de Vinci
Le Clos-Lucé dernière demeure de Léonard de Vinci © Maxppp - Loire Valley/Maxppp

Amboise, France

La Tribune de l'Art, une revue spécialisée, révèle qu'une enquête est en cours, menée par les gendarmes d'Amboise, pour des travaux réalisés au Clos-Lucé sans autorisation et portant atteinte au patrimoine. Les propriétaires du Clos Lucé auraient réalisés ces travaux en 2017 dans la bâtisse du 15ème siècle. 

Trois salons possédant des boiseries du XVIIIe siècle auraient été entièrement détruits

C'est la Direction régionale des affaires culturelles du Centre Val-de-Loire qui a fait un signalement en 2017 auprès du procureur de la République de Tours. Le procureur de la République de Tours confirme qu'une enquête de police judiciaire est ouverte. Alors poursuite de l'action judiciaire ou classement sans suite ? Il ne souhaite pas s'exprimer d'avantage tant que l'enquête est en cours. Selon la Tribune de l'Art, la plainte porte sur trois pièces du rez-de-chaussée et deux pièces de l’étage. Les atteintes les plus graves au monument classé auraient eu lieu sur le niveau bas, puisque trois salons possédant des boiseries du XVIIIe siècle auraient été entièrement détruits écrit le journaliste. Les boiseries ont été arrachées, ainsi qu’au moins une cheminée d’époque, le niveau des sols a été changé, et ils ont été refaits, et les plafonds ont été modifiés, tandis que des fenêtres ont été bouchées et que de nouvelles baies ont été percées. Les trois pièces du rez-de-chaussée étaient classées monuments historiques. Elles ne retrouveront jamais leur état d'origine.  

Demain le procureur ne va-t-il pas classer sans suite parce le président de la République est un ami des propriétaires du Clos-Lucé et sera allé déjeuner, ça pose un problème ?

La Tribune de l'Art qui publie cette information précise avoir demandé des explications au propriétaire du Clos Lucé François Saint-Bris, à la DRAC, au ministère de la Culture et à l’Élysée, sans réponse. C'est le journaliste de la Tribune de l'Art, Didier Rykner, qui a mis l'affaire sur la place publique. C'est quand même un petit peu gênant au moment où le président de la République s'assoit sur la loi Patrimoine pour Notre-Dame, qu'il décide d'aller déjeuner chez des personnes qui sont attaquées par ses propres services et encore plus pour le ministère de la culture. Demain le procureur ne va-t-il pas classer sans suite parce le président de la République est un ami des propriétaires du Clos-Lucé et sera allé déjeuner, ça pose un problème ?

Choix de la station

France Bleu