Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Amboise : plus de 20.000 euros d'amende pour les travaux illégaux au Clos-Lucé

-
Par , France Bleu Touraine

Le tribunal correctionnel de Tours a condamné le directeur du Clos-Lucé ainsi que son architecte à 3.750 euros pour des travaux illégaux, effectués sans autorisation dans cette demeure classée. La société, qui exploite le site, écope elle de près de 19.000 euros d'amendes.

Le Clos-Lucé à Amboise
Le Clos-Lucé à Amboise © Maxppp - Marc Ollivier/Ouest-France/Maxppp

Amboise, France

Le tribunal correctionnel de Tours a condamné ce vendredi matin le directeur du Clos-Lucé et son architecte à 3.750 euros pour des travaux jugés illégaux, dans la dernière demeure de Léonard de Vinci à Amboise. Ce jugement est conforme à la peine maximale requise par le procureur lors du procès, le 25 octobre 2019. 

François Saint-Bris, le directeur du Clos Lucé et Arnaud De Saint-Jouan, ancien architecte en chef des monuments historiques, étaient poursuivis tous les deux pour avoir effectué d'importants travaux au Clos Lucé sans autorisation préalable de la DRAC.

Le conservateur en chef des monuments historiques avait porté plainte en 2017

De mai 2015 à mai 2016, des boiseries avaient été détruites, des fenêtres avaient été bouchées, des sols décapés, des plafonds refaits et une cheminée a été déplacée. C'est le conservateur en chef des monuments historiques qui avait porté plainte en 2017, un an après les travaux. Au procès, François Saint-Bris et Arnaud de Saint-Jouan avaient reconnu leur erreur et plaidé la bonne foi.  "J'ai fait ces travaux parce qu'ils étaient nécessaires, madame le juge, c'était une question d'urgence" avait déclaré François de Saint-Bris. Le procureur avait estimé à l'époque que la précipitation à effectuer les travaux était peut être lié aux festivités du 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci.

Par ailleurs, la société qui exploite le site du Clos Lucé à Amboise a été condamnée à une amende de 18.750 euros. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu