Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Amiante : 60 employés de la DIR portent plainte contre l'État

mardi 26 février 2019 à 3:59 Par Louise Thomann, France Bleu Hérault, France Bleu et France Bleu Pays d'Auvergne

Ils sont soixante agents de la Direction Interdépartementale des Routes du Massif Central à porter plainte contre l'État. En 2013, ils ont découvert que les goudrons qu'ils manipulaient pour refaire les routes contenaient de l'amiante : aujourd'hui ils craignent de tomber malades à tout moment.

Fabrice Brucker (dr.) et Gilles Lautier (g.) ont tous les deux été exposés à l'amiant.
Fabrice Brucker (dr.) et Gilles Lautier (g.) ont tous les deux été exposés à l'amiant. © Radio France - Louise Thomann

Montpellier, France

"L'amiante ça ne se sent pas, ça ne se voit pas, c'est un poison" lance Gilles Lautier, un des agents de la DIR du Massif Central qui a porté plainte contre l'État. Ce représentant syndical de la CGT travaille depuis 15 ans pour refaire les routes. Comme ses 59 autres collègues, il demande indemnisation pour le préjudice d'anxiété qu'il subit. 

Exposés à l'amiante sans protection

En 2013, une circulaire ministérielle reconnait la présence d'amiante, un produit hautement cancérogène, dans les enrobés routiers, c'est à dire le goudron qui recouvre les routes. "A minima, depuis 1970, toutes les professions des travaux publics routiers ont été potentiellement exposées à des poussière contenant de l'amiante sans aucune protection" explique Fabrice Brucker, un autre plaignant, et représentant CGT également. 

Soixante dossiers

Le tribunal administratif de Montpellier examine depuis vendredi 22 février un premier dossier. Le rapporteur public va dans le sens des plaignants, en estimant qu'ils pouvaient invoquer la souffrance morale. Les 59 autres devraient être traités ensuite, disséminés entre les tribunaux de Clermont-Ferrand, Lyon et Paris. 

C'est une épée de Damoclès"

Les soixante plaignants ne sont pas malades, mais ils demandent réparation pour le préjudice moral qu'ils subissent. "Le préjudice d'anxiété, c'est une épée de Damoclès qu'on a au dessus de la tête. C'est cette inconnue, ne pas savoir quand on va tomber malade, si on va tomber malade. Les projets de vie, la famille, les enfants ... c'est pas suspendu mais on l'a toujours en tête." s'inquiète Fabrice Brucker.

Refuser un enfant de peur de tomber malade

Gilles Lautier voit clairement l'impact sur sa vie. "Ma femme voulait avoir un troisième enfant. Elle me l'a dit en même temps que l'affaire sortait dans la boite ... Eh bien j'ai renoncé à ça, parce que je n'étais pas sur d'assurer ma paternité. Là je suis jeune mais si je tombe malade à 50 ans ... Faut pouvoir prendre soin des siens" soupire le quarantenaire, qui a souscrit à des assurances pour aider sa famille en cas de décès. Les effets de l'amiante mettent parfois vingt, trente ans à se faire sentir, et il suffit d'avoir été en contact avec une seule fibre pour être potentiellement affecté.