Faits divers – Justice

Amiante à l'usine d'incinération de Strasbourg : la CGT dépose plainte

Par Aude Raso, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu lundi 10 juillet 2017 à 19:00

Usine d'incinération du Rohrschollen à Strasbourg, ici en 2013
Usine d'incinération du Rohrschollen à Strasbourg, ici en 2013 © Maxppp -

Le syndicat a déposé lundi une plainte avec constitution de partie civile dans le dossier de l'amiante, ainsi que des fumées et poussières "hautement toxiques", à l'usine d'incinération du Rohrschollen.

La CGT du Bas-Rhin et l'Union locale CGT de Strasbourg avaient annoncé leurs intentions dès le mois de mars. La procédure se concrétise aujourd'hui : une plainte avec constitution de partie civile a été déposée lundi 10 juillet au matin devant le doyen des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Strasbourg dans le dossier sensible de l'usine d'incinération du Rohrschollen. La plainte porte notamment sur l'exposition des salariés de Senerval et de l'Eurométropole de Strasbourg aux poussières d’amiante.

Pour une enquête approfondie

L'usine est actuellement en cours de désamiantage, après la découverte d'amiante dans les fours de brûlage en 2014. "Le risque pour les salariés, c'est de voir des cancers se déclarer dans 20 ou 25 ans, commente Jacky Wagner, secrétaire général de la CGT dans le Bas-Rhin :

Les salariés vivent dans la peur. Ils attendent la reconnaissance qu'il y a eu une faute.

Comme les salariés de Senerval lors de leur longue grève de 2014, la CGT dénonce également l'exposition à des fumées et poussières "hautement toxiques". En 2016, une plainte de l'inspection du travail portant sur l'absence d'équipement de protection suffisant pour les salariés avait été classée sans suite par le parquet de Strasbourg. Avec la plainte de la CGT, les salariés espèrent une enquête plus approfondie. "Ce n'est pas tant pour la réparation financière que nous agissons, que pour faire reconnaître les responsabilités de chacun, au sein de Senerval ou de l'Eurométropole", souligne Me Pierre Dulmet, l'un des deux avocats.

L'entreprise Senerval n'a pas donné suite à nos sollicitations. Quant à l'Eurométropole, elle répond "attendre sereinement les conclusions de l'enquête". À l'arrêt, l'usine d'incinération du Rohrschollen subit depuis plusieurs mois de très importants travaux de mise aux normes, dont le coût s'élève à 180 millions d'euros. Près de 25 millions d'euros sont consacrés aux travaux de désamiantage.

LIRE AUSSI : L'arrêt de l'usine d'incinération de l'Eurométropole va coûter 180 millions d'euros