Faits divers – Justice

Amiante : les anciens de la centrale EDF d'Artix veulent faire reconnaître leur anxiété

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu mardi 30 mai 2017 à 17:53

Des anciens de la centrale d'Artix à l'audience
Des anciens de la centrale d'Artix à l'audience © Radio France - Daniel Corsand

Onze anciens de la centrale EDF d'Artix ont expliqué ce mardi aux prud'hommes de Pau leur préjudice d'anxiété. Dans leur travail ils ont été exposés à l'amiante et vivent avec la crainte de déclarer un cancer du poumon.

"Bonjour. Comment vas tu?" "Jusque là, ça va" : c'est le dialogue entendu ce mardi entre deux anciens de la centrale d'Artix devant le tribunal des prud'hommes de Pau. Un dialogue qui résume la situation. Ces 11 retraités d'EDF ont tous été exposés à l'amiante dans leur travail. Et tous redoutent le cancer du poumon. Certains sont déjà malades. D'autres ont des plaques pleurales. D'autres ne sont pas touchés. Mais tous ont peur. Et c'est de cette peur qu'ils demandent réparation. C'est ce que le droit appelle "le préjudice d'anxiété".

"Les soirées les nuits, vous vous réveillez et vous y pensez"

Jean-Christophe (son prénom a été changé) a travaillé à la centrale d'Artix. Il fait partie des 11 qui demandent la reconnaissance du préjudice d'anxiété. Il passe un scanner de contrôle tous les 5 ans, et pour l'instant il n'a rien. Mais comme il tousse depuis quelques mois, il est en train de faire des examens. Il faut savoir que la maladie peut se déclencher 20, 30 ou 40 ans après l'exposition à l'amiante.

Aujourd'hui j'ai des problèmes avec de la toux. Vous vous dites : est ce que je ne vais pas déclarer un cancer des poumons dû à l'amiante? C'est dur. Vous voyez aussi des collègues qui s'en vont. Et vous vous dites : est ce que je serai sur la liste? 125 à Morcenx. A Artix y en a pas mal, et certains sont en traitement. Moralement vous y pensez — Un ancien de la centrale d'Artix

Jean-Christophe pense tous les jours au cancer du poumon

Le conseil des prud'hommes de Pau rendra son jugement le 26 septembre.