Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Maryse Joissains plaide pour la création d'une jurisprudence sur l'amiante

-
Par , France Bleu Provence
Aix-en-Provence, France

Maryse Joissains, maire d'Aix-en-Provence et avocate qui a fait condamner l'État pour sa responsabilité dans le dossier de l'amiante en 2001, plaide pour la création d'une jurisprudence "de suspicion de lien" après la décision du parquet de Paris.

Maryse Joissains plaide pour une création jurisprudentielle moins exigeante au bénéfice des victimes
Maryse Joissains plaide pour une création jurisprudentielle moins exigeante au bénéfice des victimes © Maxppp -

Interrogée par France Bleu Provence après la décision du parquet de Paris qui a requis la fin des investigations dans une vingtaine d'enquêtes sur l'amiante, Maryse Joissains souhaite la création d'une jurisprudence "de suspicion de lien" pour éviter d'exiger un lien direct entre les périodes d'expositions à l'amiante et les dates d'intoxication des malades.

"L'orientation vers un non-lieu est dangereuse" (Maryse Joissains)

"Ce sont des modes de preuves difficiles à administrer", explique la maire d'Aix-en-Provence également avocate qui a été la première à faire condamner l'État pour sa responsabilité devant la cour administrative d'appel de Marseille, en 2001.

Maryse Joissains considère que cette orientation vers un non-lieu est dangereuse. "C'est presque un permis de tuer" lance l'avocate reprenant la déclaration de François Desriaux, l'un des porte-parole de l'Andeva (Association nationale de défense des victimes de l'amiante).

"Il faudrait presque une présomption" (Maryse Joissains)

"On sait de quoi l'amiante est capable. On sait ce que ce produit provoque sur la santé, c'est ignoble". "Mourir après avoir été contaminé est abominable" réagit Maryse Joissains qui estime qu'il vaut mieux s'appuyer sur les tribunaux "qui savent faire" avec une construction jurisprudentielle moins exigeante au niveau de la preuve. "Il faudrait presque avoir une présomption" conclut la maire d'Aix-en-Provence.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess