Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amiens : Diego Monvoisin condamné à trente ans de réclusion pour l'assassinat de Noémie Feuilloy

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Picardie

Le verdict est tombé aux Assises de la Somme ce mercredi après-midi. Diego Monvoisin est condamné à 30 ans de réclusion pour l'assassinat de son ex-compagne, Noémie Feuilloy à Amiens en novembre 2017.

Le palais de justice d'Amiens
Le palais de justice d'Amiens © Radio France - Valérie Massip

Trente ans de réclusion pour Diego Monvoisin. La cour d'assises de la Somme l'a reconnu coupable de l'assassinat de Noémie Feuilloy. Depuis lundi 3 février, cet Amiénois de 37 ans comparaissait pour avoir tué son ex-compagne à coups de cutter en novembre 2017 sur un sentier isolé du quartier St-Acheul, à Amiens.

L'avocat général avait demandé trente ans : le jury a donc suivi ses réquisitions.

"Papa l'a tuée pour la posséder jusqu'au bout"

Un verdict accueilli avec des applaudissements par les proches de Noémie Feuilloy. Effusion de joie rapidement réprimée par la présidente de la cour qui l’a qualifiée d'indécente. Une satisfaction des parties civiles diamétralement opposée à l'attitude de Diego Monvoisin qui est resté impassible à l'énoncé du verdict.

Le jury a donc été sensible aux arguments de l'avocat général. Pendant son réquisitoire, Anne-Laure Sandretto s'est appliquée à décrire l'attachement maladif que Diego avait pour Noémie.

Elle s'est aussi exprimée comme si elle tentait d'expliquer la situation à Yuna, la fille du couple, qui a aujourd'hui huit ans, en évoquant la séparation de deux ex-concubins : "Quand Maman a fait le choix d'être heureuse autrement, Papa ne l'a pas supporté. Et Papa l'a tuée pour la posséder jusqu'au bout."

L’avocat général a également imaginé les derniers instants de Noémie sur le chemin du Réservoir, l’endroit où la jeune femme de 30 ans a été tuée. Un sentier désert, peu éclairé où Noémie a "vécu un calvaire" ce 13 novembre 2017 au soir et où elle a été retrouvée gisante dans son sang. La victime a été tuée à coup de cutter au niveau de gorge et du thorax

"Il l’aimait mal, mais il l’aimait"

La plaidoirie de Maître Clarisse de Saint Amour, l’avocate de Diego Monvoisin, n'a pas suffi à faire pencher la balance. Elle a tenté de convaincre les jurés que son client a eu un coup de folie, qu'il n'a pas prémédité son geste. Qu’il a eu peur de ne plus voir sa fille. Pour elle, Noémie était "la femme de sa vie, la seule qu’il ait jamais aimée". Selon l’avocate, "il l’aimait mal, mais il l’aimait."

Maître Clarisse de Saint Amour
Maître Clarisse de Saint Amour © Radio France - Claudia Calmel

Maître de Saint Amour s'est aussi appuyée sur l'expertise psychiatrique qui indique que l'accusé a agi dans un contexte bien précis : celui d'une dispute entre les deux ex-concubins. Une façon de prouver Diego Monvoisin n'est, selon elle, pas dangereux pour la société et qu'il ne mérite pas de passer 30 ans derrière les barreaux.

Avant que le jury se retire pour délibérer, Diego Monvoisin a tenu à s’adresser aux proches de la victime : "J’aimais Noémie infiniment, je n’ai jamais souhaité que ça se termine comme ça. Je le regrette sincèrement. Je ne vous demande même pas de me pardonner, je n’arrive pas à me pardonner moi-même."

"J’aimerais que Noémie soit un symbole"

Cette peine de 30 ans de réclusion a été accueillie avec soulagement par Rémi Feuilloy, le père de Noémie : "Je suis satisfait : je pensais qu’il allait être condamné à 18 ou 20 ans de prison. Mais pour moi, ce n’est pas fini : ça ne nous rendra pas Noémie. J’espère que ce verdict va faire changer les choses et que ça va dissuader ceux qui seraient tentés de commettre de telles barbaries. J’aimerais que Noémie soit un symbole."
 

Rémi Feuilloy, le père de Noémie
Rémi Feuilloy, le père de Noémie © Radio France - Claudia Calmel

Maître Charlotte Chochoy, l’avocate de la mère de Noémie, a réagi après l’annonce de la décision : "Cette peine est sévère mais c’est une satisfaction, même si la situation est dramatique pour les deux familles. Nous sommes dans un contexte particulier : celui de la hausse du nombre de féminicides. Je pense que ce verdict adresse un message clair à la société : les gens vont prendre conscience qu’on ne peut pas commettre impunément des actes violents à l’égard des femmes."

Maître Charlotte Chochoy, l’avocate de la mère de Noémie
Maître Charlotte Chochoy, l’avocate de la mère de Noémie © Radio France - Claudia Calmel

Diego Monvoisin a dix jours pour faire appel du verdict.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess