Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amiens : 800 personnes mobilisées contre la loi "Sécurité globale", bien plus que la semaine dernière

-
Par , France Bleu Picardie

800 personnes se sont rassemblées ce samedi à Amiens pour dénoncer la loi "Sécurité globale". L'article 24 du texte interdit la diffusion malveillantes d'images de policiers en exercice. Elle a été votée ce mardi, alors que des affaires de violences policières ont secoué l'opinion publique.

800 personnes se sont réunies devant la Maison de la Culture à Amiens ce samedi
800 personnes se sont réunies devant la Maison de la Culture à Amiens ce samedi © Radio France - Caroline Félix

Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées ce samedi contre la loi "Sécurité globale" en France. Une Marche des Libertés qui a mobilisé 133 000 manifestants, d'après le ministère de l'Intérieur, 500 000 d'après les organisateurs. Dans le viseur des manifestants : la mesure qui empêche la diffusion malveillante d'images de policiers en exercice. 

Au vu des images, on ne pouvait pas rester chez soi

A Amiens la manifestation a beaucoup plus mobilisé que la samedi dernière : 800 personnes se sont déplacées, contre 300 lors du rassemblement de la semaine passée contre le même projet de loi. Beaucoup expliquent s'être mobilisés après avoir vu les images de deux opérations de police de cette semaine à Paris : l’agression d'un producteur noir par des policiers et l'évacuation d'un camp de migrants place de la République. "Au vu des images, on ne pouvait pas rester chez soi", dit une manifestante, "c'est insoutenable, ce n'est pas possible, ce ne sont pas des être humains"

Benoit Henrion, journaliste et délégué syndical SNJ pour la télévision France 3 Picardie, était également présent : "les gens prennent conscience de ce qui est en train de se passer. On voit qu'il y a des violences policières toutes les semaines, qui montrent que certains policiers commettent des abus. Il faut que ce soit connu, qu'on puisse les identifier pour qu'ils répondent de leurs actes". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess