Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amiens : huit mois de prison pour le détenu qui estime que la mort de Samuel Paty était "méritée"

-
Par , France Bleu Picardie

L'homme de 43 ans a été jugé pour apologie du terrorisme et condamné ce vendredi par le tribunal judiciaire d'Amiens.

Une des salles d'audience du palais de justice d'Amiens
Une des salles d'audience du palais de justice d'Amiens © Radio France - Claudia Calmel

Un détenu de la maison d'arrêt d'Amiens a été condamné à huit mois de prison ferme, ce vendredi,  pour apologie du terrorisme. Les faits remontent à lundi dernier : cet homme de 43 ans participait à une formation sur le tri sélectif au sein de la prison quand l'assassinat de Samuel Paty a été évoqué. Le prévenu a alors cautionné l'attentat.

"C'est bien fait pour lui. Il a eu ce qu'il méritait."

_"C'est bien fait pour lui : on ne touche pas à ma religion, on ne touche pas à mon prophète. Il a eu ce qu'il méritait"._  C'est pour ces mots que Nabil s'est retrouvé dans le tribunal judiciaire d'Amiens, ce vendredi. Des mots qui ont choqué la formatrice qui était dans la salle de cours de la prison au moment où il les a prononcés. Mais des mots que Nabil n'assume plus vraiment à l'audience.

Certes, il a dit que c'était "bien fait". Mais il affirme avoir mal compris : il pensait que Samuel Paty avait demandé à ses élèves de dessiner des caricatures de Mahomet.. "Et alors ?", lui demande le président du tribunal. "Qu'est-ce que ça change ? Pour vous, c'est normal qu'un être humain soit décapité ?"  Nabil regrette et affirme que ses mots ont dépassé sa pensée : "Je déteste les terroristes et les tueries sont interdites dans la religion musulmane. Je suis désolé." 

Un délit passible de cinq ans d’emprisonnement

Les juges questionnent Nabil à maintes reprises pour tenter de saisir son cheminement de pensée, sans succès. Le détenu, qui purge actuellement une peine de six mois ferme pour une affaire de harcèlement, est décrit par ses co-détenus comme "plus bête que méchant", selon les mots du président. Ses avocats insistent sur ses fragilités  : il est suivi à l'hôpital psychiatrique Philippe Pinel d'Amiens depuis plus de vingt ans. La procureur a rappelé que l'apologie du terrorisme est passible de cinq ans de prison et de 75.000 euros d'amende. Elle a requis huit mois de prison. Une peine à laquelle Nabil a finalement été condamné.

Mais pour Maître Stéphane Engueleguele, l'un de ses avocats, la justice a surréagi dans le contexte actuel. 

Maître Stéphane Engueleguele
Maître Stéphane Engueleguele © Radio France - Claudia Calmel

Il avait plaidé, tout comme Maître Djamila Berriah l'autre avocate du prévenu, la relaxe. Ecoutez ses explications :

Maître Stéphane Engueleguele, l'un des avocats du prévenu

Les avocats de Nabil ont annoncé leur intention de faire appel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess