Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Amiens : la relaxe confirmée en appel pour l'infirmière de l'hôpital Pinel

-
Par , France Bleu Picardie

La cour d'appel d'Amiens confirme, ce mercredi la relaxe pour l'infirmière de l'hôpital psychiatrique Philippe Pinel. Angélique Beaupere, 42 ans était jugée pour homicide involontaire après le décès d'une patiente, il y a dix ans.

Angélique Beaupère et son avocate maître Giuseppina Marras
Angélique Beaupère et son avocate maître Giuseppina Marras © Radio France - François Sauvestre

Amiens, France

Des cris de joie dans les couloirs du tribunal de grande instance d'Amiens. Le délibéré en main, Angélique Beaupere et son avocate sont sorties très émues et avec le sourire de la salle d'audience. La cour d'appel a confirmé la relaxe pour cette infirmière de l'hôpital psychiatrique Philippe Pinel. "Cela fait dix ans que l'on se bat donc je pense que je mérite cette relaxe", a déclaré Angélique Beaupere. 

"Cela fait dix ans que l'on se bat donc je pense que je mérite cette relaxe"

Le 4 août 2009, elle allait donner un bain thérapeutique à une patiente de 30 ans. Elle l'a laissée une dizaine de minutes toute seule dans la salle de bain, le temps d'aller faire une pause-pipi. Quand elle était revenue, la victime avait pu grimper dans la baignoire et était morte ébouillantée dans une eau à 52 degrés à cause d'un mitigeur défectueux.

Maître Giuseppina Marras

Angélique Beaupere a toujours refusé d'être le bouc-émissaire dans cette affaire. Elle dénonce les conditions de travail au sein de l'établissement et pour la psychiatrie en général. La décision de la cour d'appel est "juste" estime l'avocate de l'infirmière maître Giuseppina Marras.