Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amiens : un des restaurateurs tabassés près de la gare toujours hospitalisé

-
Par , France Bleu Picardie

Les deux frères qui gèrent le « Eat Burger », rue de Noyon, ont été violemment agressés samedi soir. Deux hommes âgés d’une vingtaine d’années ont été interpellés.

Contrairement à son frère, Alain Masaad a pu sortir de l'hôpital
Contrairement à son frère, Alain Masaad a pu sortir de l'hôpital © Radio France - Claudia Calmel

Il est toujours chamboulé par ce qui lui est arrivé samedi soir. Alain Massaad, directeur du "Eat Burger" et Patrick, son frère (le gérant de l’établissement) ont été passés à tabac devant leur restaurant situé près de la gare d'Amiens, rue de Noyon. 

Les deux hommes, âgés de 46 et 49 ans, venaient de terminer leur service vers 22h30 quand Patrick, le cadet, s’est aperçu que deux individus tentaient de vandaliser leur terrasse. Deux hommes qui s’en étaient pris, quelques minutes auparavant à la terrasse du « T’chiot zinc », un café voisin.

Une "pluie de coups"

Patrick Massaad serait alors sorti avec une bonbonne de gaz lacrymogène pour dissuader les deux hommes. Mais selon Alain, son frère, il n’a pas eu le temps de s’en servir : "On pensait que le fait de voir la bonbonne de lacrymogène les repousserait, mais ils ont foncé sur lui : ils étaient comme fous. Je suis donc sorti aider mon frère. Je donnais des coups à droite et à gauche, mais les coups pleuvaient de l’autre côté, on n'a pas eu le temps d'esquiver. Pourtant, comme vous le voyez, j’ai un certain gabarit. Mon frère, aussi : il est encore plus costaud que moi, on n'est pas des freluquets. Mais ils avaient une force incroyable. _On n’a pas compris ce qui nous arrivait_. Heureusement que la police est intervenue, sinon je ne serai peut-être plus là pour vous en parler."

Alain Massaad a notamment eu l'épaule fracturée
Alain Massaad a notamment eu l'épaule fracturée © Radio France - Claudia Calmel

Le police est, en effet, arrivée sur place au moment des faits et a interpelé les deux agresseurs présumés, âgés d’une vingtaine d’années.

« Le plus dur, c’est le choc moral » 

Les deux frères ont été conduits à l’hôpital dans la foulée. Alain Massaad a l’épaule fracturée, un point de suture au coin de l’œil et de nombreux hématomes. Il a pu quitter le CHU dimanche midi. Patrick Massaad, plus sévèrement touché, est toujours hospitalisé, notamment pour une fracture au poignet,une autre sous l’œil et un tassement de vertèbres, selon son frère. Les gérants se sont chacun vu prescrire 30 jours d’incapacité de travail : leur restaurant pourrait rester fermé un mois. 

Patrick Masaad est toujours hospitalisé au CHU d'Amiens, notamment pour des fractures
Patrick Masaad est toujours hospitalisé au CHU d'Amiens, notamment pour des fractures - Patrick Massaad

Alain Massaad est encore très ému quand il évoque la soirée de samedi : "Le plus dur, c’est le choc moral. A l’hôpital, à chaque fois qu’on se regardait avec mon frère, on se mettait à pleurer. C’est l’aspect gratuit qui nous interpelle. On se demande « pourquoi », « pourquoi nous » ? Si encore on avait fait quelque chose de mal à quelqu'un, si c'était un règlement de comptes, je comprendrais. Si c'était un vol, je comprendrais aussi, à la rigueur. Mais là, c’est totalement gratuit. _C'est incompréhensible_."

Les deux agresseurs présumés, âgés de 19 et 24 ans, ont évoqué la légitime défense en garde à vue, affirmant que l’un des restaurateurs était sorti avec un couteau. Une version des faits que démentent Alain et Patrick Massaad.

Les auteurs présumés doivent être jugés en comparution immédiate ce mercredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess