Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amiens : un homme de 25 ans condamné en correctionnelle pour corruption de mineur de moins de 15 ans

-
Par , France Bleu Picardie

Le tribunal correctionnel d'Amiens a reconnu coupable un Amiénois de 25 ans de corruption de mineur de moins de 15 ans et de détention d'images pédopornographiques. L'homme avait demandé à un garçon de 14 ans de se filmer en train de se masturber, avant d'envoyer la vidéo à un autre adolescent.

Le prévenu est condamné à huit mois de prison avec sursis. Il est reconnu coupable de corruption de mineur et détention d'images pédopornographiques.
Le prévenu est condamné à huit mois de prison avec sursis. Il est reconnu coupable de corruption de mineur et détention d'images pédopornographiques. © Radio France - François Sauvestre

Voici une nouvelle affaire qui montre la violence des réseaux sociaux pour les enfants et adolescents et à quel point leur intimité peut y être mise à mal. Ce mardi, le tribunal correctionnel d'Amiens a reconnu coupable un homme de 25 ans de tentative de corruption et corruption de mineur de moins de 15 ans, ainsi que pour détention d'images pédopornographiques. Il écope d'une peine de huit mois de prison avec sursis, avec obligation de soins et interdiction d'entrer en contact avec les deux jeunes victimes. L'été dernier, il avait demandé à deux adolescents de 11 et 14 ans, dont le second est le beau-fils de sa sœur, de se filmer en train de se masturber et de lui envoyer la vidéo. C'est grâce au courage des deux jeunes victimes que l'affaire a pu atterrir devant la justice.

Le prévenu reconnaît tous les faits reprochés

Tout commence courant août 2020, lorsque la mère de Louis* donne l'alerte. Elle s'inquiète du comportement de son garçon de 11 ans : il est de plus en plus fuyant, il refuse soudainement de participer à des activités ludiques. La mère de famille fouille dans le portable de son fils : elle y découvre une vidéo dans laquelle un jeune garçon se masturbe. Louis confie qu'il s'agit de son copain Pierre*, âgé de 14 ans. Il explique aussi que c'est l'homme qui comparaît ce mardi devant le tribunal qui lui a envoyé le film, ainsi que des dizaines de messages pour le convaincre de faire lui aussi une vidéo

Le mis en cause est âgé de 25 ans. Sous curatelle, ce jeune homme est décrit comme instable, condamné trois fois (notamment pour vols et conduite sans permis) mais jamais dans des affaires sexuelles. Devant le tribunal, le prévenu reconnaît tout : il a défié le jeune Pierre de tourner cette vidéo contre un billet de 5 euros. Il a aussi été insistant pour que Louis se filme à son tour en train de se masturber. Le mis en cause s'excuse, nie toute attirance pour les jeunes garçons

Des jeunes victimes "traumatisées, choquées"

Six mois après les faits, les deux victimes sont traumatisées. Pierre est venu accompagné de son père. Il est prostré sur le banc du tribunal, au premier rang. Louis en revanche n'a pas eu la force de venir, explique son avocate Maître Christine Hamel : "Il est traumatisé, choqué par les faits. Il est effrayé par la différence d'âge avec le prévenu [14 ans], il a peur de croiser à nouveau le prévenu. Louis * a peur pour lui, mais aussi pour ses petits frères. Il a peur qu'ils connaissent toutes les difficultés qu'il a vécues. C'est une angoisse quotidienne : je ne sais pas quel sera l'avenir de ce jeune garçon, tant son rapport aux autres que dans sa vie intime", détaille l'avocate.

Le mis en cause est reconnu coupable et condamné à huit mois de prison avec sursis, avec 24 mois de probation. Le prévenu sera par ailleurs inscrit au fichier judiciaire des auteurs d'infraction sexuelle et de violences (Fijais). Il a interdiction de rencontrer ses victimes et devra leur payer des dommages et intérêts.

*Les prénoms des victimes ont été modifiés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess