Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amnistie et rapprochement des prisonniers corses évoqués avec Christiane Taubira

-
Par France Bleu RCFM

Christiane Taubira veut poursuivre et favoriser la politique de rapprochement des Corses détenus sur le continent. Elle l'a réaffirmé ce mercredi 20 mai lors d'une réunion avec une délégation d'élus insulaires et de représentants associatifs. Tous ont salué une réunion constructive et positive.

La délégation Corse reçue au ministère de la justice (Photo Patrick Vinciguerra)
La délégation Corse reçue au ministère de la justice (Photo Patrick Vinciguerra) © Radio France

Rapprochement des detenus corses et amnistie evoqués ce mercredi 20 mai au ministère de la justice. Une delegation, conduite par Paul Giacobbi, le président du conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Corse et Dominique Bucchini, le président de l'Assemblée de Corse, composée des présidents de groupe de l'Assemblée territoriale, mais aussi des représentants de la LDH et des associations Sulidarità et Aiutu Paisanu, a discuté pendant près d'une heure et demi avec la Garde des Sceaux. Christiane Taubira a assuré vouloir  poursuivre et favoriser la politique de rapprochement des Corses détenus sur le continent mais a précisé qu'elle n'avait pas mandat pour ouvrir une discussion sur l'amnistie. Malgré cela, les membres de la délégation sont ressortis satisfaits. 

 

Pas de déçus à l’issue de la rencontre. De la gauche à la droite, en passant par les nationalistes sur le rapprochement des corses détenus sur le continent. C’est d’ailleurs officiellement l’unique dossier du jour. Christiane Taubira a assuré que 41 personnes, d’origine insulaire, ont été rapprochées à Borgo depuis 2012 et que les cas encore en suspend seraient examinés prochainement. Des arguments qui ont apparemment convaincu les dix membres de la délégation.

Plus délicate en revanche la question de l’amnistie. Dans son communiqué, la Chancellerie n’y fait même pas allusion. Et pourtant il en a été question. Camille de Rocca Serra a notamment indiqué que la Garde des Sceaux n’a pas manifesté d’opposition de principe.  Même si d’emblée celle-ci a précisé qu’elle n’avait pas mandat pour en discuter. Analyse partagée par jean Christophe Angelini ou encore Jean Guy Talamoni selon qui, il reviendra sans doute au président de la République d’arbitrer ce dossier d’amnistie. Mais tous deux ont tenu à saluer l’esprit d’ouverture de la ministre. Aucune porte n’est fermée selon eux.

Paul Giacobbi appelle enfin à la prudence sur cette demande d’amnistie. « Il ne faut pas brûler les étapes » a insisté le président de l’exécutif précisant « qu’il faudra tout d’abord en discuter l’assemblée de Corse ». Ce sera la semaine prochaine.  

Patrick Vinciguerra

Communiqué du ministère de la justice
Communiqué du ministère de la justice © Radio France

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess