Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amnistie : les élus Corses reçus par la Garde des Sceaux

-
Par France Bleu RCFM

Les élus corses ont rendez-vous, ce mercredi 20 mai, en fin d'après-midi, à la Chancellerie, à Paris, pour discuter du rapprochement des détenus et d'une amnistie des prisonniers dits politiques.

Taubira
Taubira © Radio France

Les élus corses ont rendez-vous en fin d'après-midi, à la Chancellerie, à Paris, pour discuter du rapprochement des détenus et d'une amnistie des prisonniers dits politiques. Une délégation conduite par Paul Giacobbi et Dominique Bucchini, composée des présidents de groupe de l'Assemblée de Corse, sera reçu par la ministre de la Justice, Christiane Taubira. Accompagneront également cette délégation des représentants de la Ligue des droits de l'Homme et des associations Sulidarità et Aiutu corsu.

Que faut-il attendre de cette rencontre ?

Tout d’abord le rapprochement des corses détenus sur le continent. La question fait consensus. La demande a été unanime à l’assemblée de Corse. Elle ne devrait pas poser beaucoup de problèmes du côté de la Chancellerie. Des blocages demeurent. Mais des efforts ont été faits ces dernières années. Aujourd’hui, si l’on prend en compte les seuls détenus dits politiques une vingtaine seulement seraient concernés, dont cinq déjà condamnés, les membres du commando Erignac notamment. 

En revanche, plus compliquée l’amnistie réclamée par de nombreux élus, et pas seulement des nationalistes. Il s’agit en effet d’une compétence du parlement. Ce qui suppose l’adoption d’une loi. Pas sûr que le gouvernement, en ces temps de lutte accrue contre le terrorisme, accepte d’ouvrir le débat même si le dépôt des armes, il y a un an, par le FLNC, a ouvert la voie à des discussions plus sereines. Paul Giacobbi, qui conduira la délégation considère d’ailleurs que cette demande n’est pas raisonnable, n’est pas responsable. Il accuse à demi-mot certains élus de vouloir instrumentaliser la question à six mois des élections territoriales. Le président de l’executif prône, plutôt que l’amnistie, des mesures d’apaisement ... sans préciser lesquelles. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess