Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDEO - Amoureuse, pas passeuse : la cour d'appel de Douai met un point final aux ennuis judiciaires de Béatrice Huret

jeudi 31 mai 2018 à 16:49 - Mis à jour le vendredi 1 juin 2018 à 7:30 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu

La cour d'appel de Douai a confirmé ce jeudi la condamnation, avec dispense de peine, de Béatrice Huret. Cette Nordiste était poursuivie pour avoir aidé un Iranien qui vivait dans la jungle de Calais, et dont elle était amoureuse, à passer en Angleterre.

Béatrice Huret à la sortie de la salle d'audience de la cour d'appel de Douai
Béatrice Huret à la sortie de la salle d'audience de la cour d'appel de Douai © Radio France - Cécile Bidault

Calais, France

C'est le point final de ses démêlés avec la justice. Béatrice Huret, habitante de Wierre-Effroy, entre Calais et Boulogne, était poursuivie pour aide au séjour irrégulier, pour avoir aidé un Iranien qui vivait dans la jungle de Calais, dont elle était amoureuse, à traverser la Manche pour rejoindre l'Angleterre à bord d'un petit bateau qu'elle avait acheté sur internet.

Ce jeudi, la cour d'appel de Douai a confirmé sa condamnation, mais elle a aussi confirmé sa dispense de peine, comme l'avait fait le tribunal de Boulogne sur mer en première instance. Le parquet avait fait appel, et il y avait eu un deuxième procès. Six mois de prison avec sursis avaient été requis.

Soulagée et heureuse

A la sortie de la cour d'appel de Douai, Béatrice Huret a fait part de son soulagement : "je suis heureuse. On va continuer à croire en la justice, et ne plus avoir cette épée de Damoclès au-dessus de la tête".

Je ne veux pas être un symbole

De son histoire, Béatrice Huret a fait un livre "Calais mon Amour", qui sera fera bientôt l'objet d'un film. "Je ne veux pas être symbole", affirme-t-elle. "Ou alors un symbole d'amour, pour montrer aux gens jusqu'où on peut aller quand on aime quelqu'un". Mokhtar, son compagnon iranien, vit toujours en Angleterre. Elle va lui rendre visite le plus souvent possible : "j'ai fait l'équivalent de deux tours du monde depuis deux ans", sourit-elle.